Eagle IV

mardi 31 janvier 2012

Prévisions températures sous zéro pour tous !

(Paris -20°C !)
Températures éoliennes

Espèce de petit conte !

.
Imaginez-vous vivre 30 secondes dans un pays où la Terre tremble tous les jours. Bon, là, bien sûr vous vous revoyez à faire du bateau ou de monter dans des trucs qui vous envoient en l'air à la fête foraine, mais, au Japon, ce n'est ni l'un ni l'autre et la vie de chacun est risquée chaque jour.
Bon. Donc là, en toute logique, vous décidez de construire des centrales nucléaires, des musts qui secouent vraiment. Le pied, non ? Après quoi, l'une d'elles se fendille. Donc là, pas de problème, vous vous gardez de donner l'alerte afin de ne créer d'affolements inutiles. Puis, les rumeurs sur Internet font penser au pire, et des gens commencent à déménager ! Que faire ?
Face aux 'problèmes' de radioactivité qui pourrait s'échapper (Tss ! encore des bobards !) vous décidez de relever les taux de césium admis par 20 et que, en gardant le sourire, les éléments microscopiques auront peur. Content de cette bonne idée vous faites détruire tous les rapports de réunions qui seraient dangereux pour votre siège impérial. Bien vu ! Le temps passe en votre faveur. Vous avez eu raison de garder votre calme. Que diriez-vous d'un bon redémarrage ?
Bêh quoi ? Il fait froid, les maisons abandonnées sont humides, glacées, et puis, quoi de plus merveilleux que de débarrasser une bonne fois pour toutes tous ceux qui squattent les gymnases et vivent d'alloc au lieu de retourner chez eux. Au moins, ils se rendraient utiles en balayant, nettoyant, astiquant (gratuitement) leurs maisons aux vitres cassées et murs démolis.

lundi 30 janvier 2012

Tremblements au Japon

Tremblements ces derniers 30 jours
Tremblements ces derniers 7 jours

Tremblements ces dernières 24 heures

Le 'Global Warming' est terminé

.
Sunday, Janvier 29, 2012
.
Confirmé: Le 'Global Warming' est terminé et un nouveau mini âge de glace peut être à venir. Des chercheurs Met Office du U.K. et l'unité de recherche climatique de l'Université d'East Anglia ont confirmé que le réchauffement climatique a cessé pour l'instant. Le soi-disant « consensus » sur le réchauffement planétaire est confrontée à un défi qui dérange après la sortie de nouvelles données de température montrant que la planète ne se réchauffe pas depuis 15 ans.
Les chiffres donnent à penser que nous pourrions même être orientés pour un mini âge glaciaire de rivaliser avec la baisse de température de 70 ans qui a vu le gel tenir sur la Tamise, au XVIIe siècle. Basé sur des lectures de plus de 30 000 stations de mesure, les données ont été publiées la semaine dernière sans fanfare par le Met Office et l'unité de recherche climatique de l'Université d'East Anglia.
Il confirme que la tendance croissante à des températures du monde a pris fin en 1997. Pendant ce temps, des scientifiques du climat hier a dit 'The Mail' dimanche que, après émettant des niveaux anormalement élevés de l'énergie tout au long du XXe siècle, le soleil est maintenant dirige vers un « grand minimum » dans sa production, menaçant les étés froids, hivers amers et un raccourcissement de la saison disponible pour faire pousser des aliments.
Sortie solaire passe par cycles de 11 ans, avec un grand nombre de taches solaires, vues à leur apogée.
Nous sommes maintenant à ce que devrait être le sommet de ce qu'appellent les scientifiques le « Cycle 24 » – c'est pourquoi la tempête solaire la semaine dernière a donné lieu à l'observation d'aurores boréales plus au sud que d'habitude. Mais nombre de taches solaires sont en cours d'exécution au moins de la moitié de celles observées au cours du cycle de pics du XXe siècle.
Analyses par des experts à la NASA et l'Université de l'Arizona – provenant de mesures de champ magnétique 120 000 km sous la surface du soleil – suggèrent que 25 de Cycle, dont le pic est due en 2022, sera beaucoup plus faible encore.
.
http://www.bluegrasspundit.com/2012/01/confirmed-global-warming-is-over-and.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+bluegrasspundit%2FNwhs+%28Bluegrass+Pundit%29
----------------------
Période trentenaire de froid: 2005/2035.

dimanche 29 janvier 2012

'Bizarrement' les 3 réacteurs en service aujourd'hui sont très justement éparpillés sur le pays afin d'en desservir les clients en électricité, d'où la question du "pourquoi justement ces 3 fonctionnent-ils, ne sont-ils pas des modèles identiques aux autres ?"
.
utm_source=twitterfeed&utm_medium=facebook&utm_campaign=Feed%3A+Gen4-LeNuclaireBilanEtPerspectives+%28gen4+-+Le+nucl%C3%A9aire%2C+bilan+et+perspectives%29&utm_content=FaceBook

La décontamination de l'eau radioactive améliorée par des scientifiques de NIMS

.
Des chercheurs de Japon NIMS (National Institute for Materials Science) ont découvert un nouveau matériau nanométrique qui est très efficace pour éliminer le strontium radioactif et l'iode radioactif de l'eau contaminée. Le matériau est fabriqué à partir de silice perforé de petits trous allant de 2 à 20 nanomètres de diamètre. Chaque trou est doublé d'un composé spécial conçu pour se lier avec soit l'iode radioactif ou de strontium, de faciliter l'élimination de ces isotopes radioactifs toxiques de l'eau contaminée ... et le Japon a beaucoup d'eau contaminée dès maintenant. Bien que les matériaux similaires sont utilisés en ce moment à l'usine frappée Daiichi Fukushima nucléaire pour filtrer les ions radioactifs à partir des eaux usées, ces matériaux ont également tendance à absorber non radioactifs de chlore, magnésium et calcium.
A partir de 2 ions de chlore et de magnésium présents naturellement dans l'eau de mer (utilisée pour refroidir les réacteurs nucléaires à la suite du tremblement de terre et le tsunami du 11 Mars), les taux de décontamination sont sensiblement lents et inefficaces. Les chercheurs à l'état NIMS que leur nouveau matériau à base de silice n'est pas obstrué par des ions non radioactifs, permettant ainsi aux travailleurs de décontaminer plus d'eau dans un court laps de temps, tests réalisés par l'équipe du NIMS montrent des résultats prometteurs: un gramme de matériau de silice capable d'absorber de l'iode radioactif 20 milligrammes ou 13 milligrammes de strontium.
En utilisant une autre mesure "étalon", le matériau de silice capable d'absorber environ 65 milliards de becquerels vaut de strontium 90, un isotope hautement toxique du strontium élément qui est produit dans les réacteurs nucléaires et se retrouve dans Fallout créée par l'uranium et le plutonium des bombes atomiques à base. Le matériau de silice a une autre caractéristique désirable: c'est pas cher et simple à produire ! "Si fabriqués en usine, vous pouvez créer des tonnes de ce matériau un jour, et même au niveau du laboratoire qu'il ne coûte que 60 à 70 yens par gramme de faire, », explique Sherif El sécurité, ingénieur chef de projet au NIMS.
.
http://inventorspot.com/articles/radioactive_water_decontamination_improved_nims_scientists

Les scientifiques ont réussi à créer un troupeau de plus de 200 vaches qui est capable de produire du lait qui contient les caractéristiques du lait humain.

Dans la Chine ancienne, seuls l'empereur et l'impératrice pouvaient se permettre de boire du lait humain. C'était une déclaration de la puissance ultime, la richesse et de privilège. "Pourquoi ne pas faire ce genre de lait plus disponible pour les gens ordinaires ?"
Li Ning, directeur du Laboratoire de l'Etat clé pour agrobiotechnologie au China Agricultural University et un scientifique qui travaille à la chinoise Academy of Engineering, non seulement posé cette question, il est bien sur la façon de répondre. Selon Ning, «Les scientifiques ont réussi à créer un troupeau de plus de 200 vaches qui est capable de produire du lait qui contient les caractéristiques du lait humain." Plusieurs des OGM (organismes génétiquement modifiés), les vaches étaient affichées plus tôt ce mois lors d'une exposition mettant en vedette les réalisations technologiques de la Chine au cours de la 11e Plan quinquennal, qui a conclu en 2010. Facteur Cringe côté, boire humain-comme le lait provenant de créatures non humaines semble à faire sens. Après tout, le lait humain a évolué, qualités nutritionnelles qui sont optimisées pour les besoins nutritionnels des êtres humains. Le lait de vache, d'autre part, est idéal pour les veaux. Vaches «tweaking» laitières pour produire du lait mieux adapté pour les humains semble parfaitement logique. Toujours flippé par le concept ? Considérons les transfusions sanguines: si vous avez besoin d'une transfusion sanguine, vous avez la source d'une vache (en supposant que cela était possible), ou un être humain ? Les ingénieurs chinois en génétique ont obtenu quelques succès en travaillant avec des vaches dans les dernières années. Le veau indiqué ci-dessus, par exemple, a été génétiquement modifié pour produire des défensines humaines. Peptides microbicides qui agissent contre une variété de bactéries Gram négatif et Gram positif, les champignons et les virus enveloppés créent des vaches laitières dont le lait contient les mêmes protéines saines que dans le lait maternel est la prochaine étape, suivie par l'établissement des moyens de garantir le lait est abordable pour les consommateurs ordinaires. Les consommateurs ne remarqueront aucune différence dans le lait humain produit par des vaches ? Selon Ning, «Le lait a un goût plus fort que le lait normal." Ning a poursuivi en prédisent que "En 10 ans, les gens seront en mesure de ramasser ces produits par l'homme comme le lait au supermarché." Vous les trouverez dans les l'allée laitiers Marie, euh, (via Le Quotidien du peuple et des MST newsletter, des images via Sympatico Nouvelles et Le dernier monde ).
.
http://inventorspot.com/articles/china_farms_out_human_milk_production

samedi 28 janvier 2012

Les hologrammes expliqués en images (3 vidéos)

.





vendredi 27 janvier 2012

Le syndrome de l'éventail (El con d'or passa)

.
Pourquoi tardent-ils tant (bientôt un an) à faire repartir les centrales au Japon ? Deux solutions: Soit, cette fermeture se prolonge à cause d'évènements graves détectés sur chacune d'elles qui ne demandaient pas qu'une consolidation pour être aux normes anti-sismiques, soit... ces lacunes accablant les Dirigeants montreraient qu'elles sont dues à l'imbécillité des fonctionnaires y travaillant. A la question si ces derniers auraient trouvé leurs diplômes dans un paquet de Bonux ou dans le fond d'un bol de riz comme une pierre oubliée, il semblerait que le Gouvernement japonais se prononcerait plutôt (compte-tenu de leur Q.I.) pour leur donner des éoliennes, un tas de sable, une pelle et un râteau, parce que l'on n'offre pas une voiture à quelqu'un qui n'a jamais conduit une bicyclette ! Car, dans un pays où règne le syndrome de l'éventail quoi de plus constructif que de leur demander de faire de l'électricité avec. (en France, on a un autre nom pour désigner le mal du poignet).
Donc, effectivement, le personnel des centrales nucléaire japonaises peut sortir la tête haute s'ils ont dépassé leur objectif d'après avoir des réacteurs pour faire joujou s'ils espéraient obtenir une reconversion dans les moulins à vent et que on leur offre un éventail !
N'oublions pas que si la balance commerciale japonaise a plongé dans le rouge (premier déficit depuis 30 ans), c'est que de plus en plus de personnes dans le monde se méfient des produits irradiés dont les Gouvernements ne parlent pas.

jeudi 26 janvier 2012

PAM !

.
Les défauts de construction qu'il peut y avoir dans le monde n'appartiennent pas (en totalité) à la science qui les a accouché mais bien aux politiques qui en ont géré les rejetons. Ainsi, en l'absence de suivi omniprésent sur les découvertes, l'on mesure très vite le grand fossé qu'il peut y avoir entre les théories et les réalités. Bon, d'accord, depuis que l'on a su que la Terre était ronde, des bateaux sont parti (échappé ?) vers la conquête de l'au-delà sur cette simple base qu'il suffisait d'en faire le tour. Or, a moins de la contourner, l'Amérique découverte par Christophe Colomb n'en serait encore au stade de rêve d'un autre monde enfoui dans les cartons à chapeaux.
Donc, la découverte de l'atome et de l'usage que l'on peut en tirer, a suscité l'envie d'en faire connaissance comme de la princesse d'un jour dont on a eu la surprise qu'il s'agissait d'un travelo. Le pire a été que des possibilités de changement de sexe pouvaient exister ! Donc, là, de nouveaux compagnons de cour ont fait leur apparition quant aux modifications que l'on pouvait y apporter/suggérer voire d'en faire une bombe sur les plateaux d'Hollywood. "Alerte à Fukushima" 3504ème épisode: La poitrine avenante y étant pour beaucoup dans la façon peu commune jusqu'alors de scotcher le téléspectateur devant le petit écran, a fait que des doublures clonées dans ce marbre ont fait leur apparition sans se soucier si les dits modèles représentaient PAM. Donc, il a fallu qu'une des artistes sur le plateau soit secouée un peu plus que nature. Suite à cela, il n'en resta qu'une. Reste à savoir s'il s'agit là du modèle de base ou d'un savant mélange de reconstruit.
La suite au printemps prochain.

Goût girl



mercredi 25 janvier 2012

Les gouvernements du monde entier élevent les niveaux de rayonnement acceptables fondés sur la politique ... pas sur la science

.
Posté le 24 Janvier, 2012 par WashingtonsBlog

Au lieu de protéger les gens, les gouvernements Cover Up par Raising niveaux «sécuritaires» des radiations
Les autorités américaines et canadiennes ont pratiquement cessé la surveillance aéroportée des rayonnements.
Ni américaine , ni canadienne autorités testent les poissons pour la radioactivité.
Cela veut dire que nous n'avons pas à vous soucier de rayonnement provenant de Fukushima ?
Il est un peu difficile de savoir, étant donné que ce qui est considéré comme un "niveau de sécurité" de rayonnement qui est déterminé par la politique ... plutôt que de la science. Par exemple, les normes de sécurité actuelles sont basées sur l'hypothèse ridicule que toute personne exposée est un homme sain dans son 20s - et que les particules radioactives ingérées dans le corps sont sans causer des dommages de plus de rayonnement frappant l'extérieur du corps .
Et l'un des principaux conseillers du gouvernement japonais sur Fukushima a annoncé :
Si vous souriez , le rayonnement ne vous affectera pas.
( Voici la vidéo .)
Dans le monde réel, cependant, même à faibles doses de radiations peuvent causer le cancer. Par ailleurs, de petites particules de rayonnement - appelées «émetteurs internes" - qui pénètrent dans le corps sont beaucoup plus dangereuses que l'exposition générale à la radiation. Voir ce et cela . Et le rayonnement affecte les petits enfants bien plus que les adultes à maturité .
En effet, au lieu de faire beaucoup plus pour tenter de protéger leurs citoyens de Fukushima, au Japon , les Etats-Unis et l'Union européenne ont tout juste soulevé les niveaux de rayonnement qu'ils jugent "sûrs".
L'expert nucléaire Arnie Gundersen dit que les amis de haut niveau dans le département d'Etat lui ont dit que Hillary Clinton a signé un pacte avec son homologue au Japon en convenant que les Etats-Unis continuent d'acheter des fruits de mer en provenance du Japon, malgré que la nourriture ne soit pas testée pour les matières radioactives.
Et le ministère de l'énergie est d'essayer de remplacer le modèle scientifiquement accepté des dangers des rayonnements à faible dose basés sur la science vaudou. Plus précisément, DOE Lawrence Berkeley Labs a utilisé un mutant lignée de cellules humaines dans une boîte de Pétri qui a été en mesure de réparer les dommages causés par de faibles doses de rayonnement, et extrapolé à la conclusion non étayée que tout le monde n'est à l'abri de faibles doses de rayonnement:
En réalité, non seulement il y a des preuves accablantes que de faibles doses de radiations peuvent causer le cancer, mais il existe certaines preuves que des doses faibles peuvent - dans certaines circonstances provoquer plus de dégâts que des doses plus élevées .
Comme je l'ai souligné en avril:
Le Bulletin of Atomic Scientists a rapporté que l'un des scientifiques les plus connus du 20e siècle - Le Dr John Gofman - croit aussi que les faibles niveaux de rayonnement sont plus dangereux que l'exposition aiguë à de fortes doses . Gofman était un docteur en chimie nucléaire et physique et un médecin qui a travaillé sur le projet Manhattan, co-découvreur de l'uranium-232 et -233 et d'autres isotopes radioactifs et ont prouvé leur fissionability, a aidé à découvrir comment extraire le plutonium, a dirigé l'équipe qui a découvert et les lipoprotéines caractérisées dans l'étiologie des maladies du cœur, a servi de professeur émérite de biologie moléculaire et cellulaire à l'Université de Californie à Berkeley, a servi comme directeur associé du Laboratoire Livermore National, a été invité par la Commission de l'énergie atomique de procéder à une série de longues études qui sont sur les dangers potentiels qui pourraient résulter de «l'utilisation pacifique de l'atome", et a écrit quatre livres savants sur les effets sanitaires des rayonnements.

http://www.washingtonsblog.com/2012/01/governments-worldwide-raise-acceptable-radiation-levels-based-upon-politics-not-science.html
_________________________

Après la disparition d'internet des cartes satellites publiées par le laboratoire NILU sur les présences et déplacements des particules radioactives de Fukushima dans la quasi-totalité de l'hémisphère nord, la censure s'abat aujourd'hui sur les taux de contamination que peuvent développer les poissons et crustacés !
Il serait comme écrit qu'une 'mafia de la pêche et de son commerce' s'est abattue sur la mévente des sorties japonaises dans le Pacifique afin d'en booster les exportations sans étiquette de la provenance. Ainsi, plutôt que de laisser les pays de l'hémisphère sud afficher "non péché dans le nord", elle fait porter désormais le doute de la provenance réelle sur le monde entier !
J'ai dernièrement été étonné que de la friture éperlans jadis venue du Canada était marquée "Made in Turquie" et emballée à... Boulogne sur Mer au nord de la France. Disons surtout que lorsqu'il s'agit probablement de produit bradé, les yeux se ferment et les oreilles aussi. Quand on veut cacher quelque chose...

Ghost town : Japan's exclusion zone


http://www.videosurf.com/video/ghost-town-japan's-exclusion-zone-1347604672?utm_source=www.nuclear-nucleaire.info&utm_medium=facebook

mardi 24 janvier 2012

La 'bombe du jour' expliquée par Leureen Moret dans la traque et l'altération du génome humain


lundi 23 janvier 2012

Les compteurs à zéro


.
L'effort mis en oeuvre pour faire passer la méchante pilule du 'compteur intelligent' mérite que l'on s'y arrête. Vu que certaines orientations de l'énergie électrique seraient de provenir d'éoliennes et panneaux solaires et, vu que ces rentabilités piteuses feraient que tout l'ensemble des contribuables devrait payer ce gâchis, des études ont donc fait apparaître que cette insuffisance énergétique était dans une impasse naturelle autant que mathématique. Ainsi, ont été créé les 'compteurs intelligents' qui - relayés à des sondes posées dans toutes les pièces - vont permettre de réguler les températures en fonction du rendement électrique des 'énergies nouvelles'.
Donc, soit tous dépassements de température fixés par le gouvernement sera facturé au plus haut prix, soit, arrivé à un certain seuil d'excès, le compteur se coupera de lui-même jusqu'à ce que l'ensemble des sondes fasse réapparaître des degrés inférieurs aux normes/limites gouvernementales. Personnellement, je pense que si ces mécanismes-à-la-con sont couplés avec des alarmes détectant les outrages de se chauffer plus que permis par la loi, les villes seront forcément plus bruyantes qu'aujourd'hui. Ainsi, peu à peu, se dessine en filigrane des suggestions/prévisions/projections, une électricité pour les riches et une électricité pour les pauvres.
Tout çà pour dire que faute de kilowatts sortis depuis des sources non nucléaires, l'électricité étant en manque (voir USA/Japon): Y EN AURA PAS POUR TOUT LE MONDE !
L'expérience qui tend à se mettre en place au Japon - suites aux 49 réacteurs nucléaires arrêtés sur les 54 (et qui seront 54 d'arrêtés dès le mois de mai pour vérification) - sera une façon bien abrupte de remettre les pendules à l'heure (du déclin) avec l'arrivée du 100% autre chose. Donc, comme cette option se dirigerait vers les éoliennes et panneaux solaires en complémentation des ressources énergétiques d'autres intrants (biomasse, hydroélectricité, centrales au pétrole, charbon et gaz, etc), les citoyens japonais vont devoir faire face à de nouveaux barèmes pour s'éclairer et se chauffer dont les factures témoigneront de la fortune de chacun.
D'où la similitude conjoncturelle qui se mettra en place avec les compteurs dits 'intelligents' dans l'attente programmée de la fin des réserves d'uranium comme de pétrole dans 40 ans. Donc, tout doucettement, nous y arrivons. Déjà, les entreprises se déplacent (se délocalisent) vers d'autres lieux où les énergies ne sont point a l'ordre de manquer de sitôt ainsi que les futurs esclaves peu payés pour y travailler. La carte du monde tend à se redessiner sous les beaux jours malencontreux du progrès dans la dictature. L'insuffisance de neurones dans la gestion des masses et en l'absence de toute rébellion constatée, font que des avenirs différents se projettent à l'horizon des prochaines décennies pour les survivants de ce monde.

dimanche 22 janvier 2012


Moscou protégée du nuage de Tchernobyl par rikiai

samedi 21 janvier 2012

La situation à Fukushima


.
(extraits):

Réacteur 1
Il a subi un meltdown, c'est-à-dire le pire qui puisse arriver à un réacteur nucléaire. On ne sait pas où est le corium (69 tonnes maxi). Le bâtiment réacteur a été recouvert d’une structure légère protectrice. Mais ce cache-ruine n’enlève rien au danger. Le 17 janvier, une panne de transformateur a provoqué l’arrêt du refroidissement des piscines durant 3 heures… Cela met tout bonnement en évidence qu’il n’y a pas de système de secours. En fait, le système de refroidissement est fait de bric et de broc, avec des matériaux fragiles. Le moindre séisme engendre son lot de fuites. Et si les piscines ne sont plus refroidies, en 40 heures, tous les combustibles sont en fusion.

Réacteur 2
Il a subi un meltdown, c'est-à-dire le pire qui puisse arriver à un réacteur nucléaire. On ne sait pas où est le corium (94 tonnes maxi). Une opération d’endoscopie a eu lieu le 19 janvier pour visionner l’intérieur de l’enceinte de confinement. Résultat pas fameux, car trop de radioactivité et d’humidité. Le niveau d’eau n’a pu être observé (estimé entre 2,8 et 4 m au lieu de 5 attendus), ce qui signifie clairement que l’enceinte n’est pas étanche puisque 10 m3/h d’eau sont injectés dans l’enceinte. L’opération a en tout cas dégagé une masse importante de vapeur, ce qui contredit l’idée d’un « arrêt à froid » décrété par le gouvernement japonais en décembre 2011. Une hausse de la température dans ce réacteur avait d’ailleurs déjà été observée la semaine dernière.

Réacteur 3
Il a subi un meltdown, c'est-à-dire le pire qui puisse arriver à un réacteur nucléaire. On ne sait pas où est le corium (94 tonnes maxi). Pour trouver l’emplacement de ces coriums perdus, des chercheurs vont tenter de faire une image à l’aide de muons. Le projet est à l’étude, mais aucune date n’est encore fixée pour sa réalisation. En attendant, environ 300 tonnes d'eau très contaminée ? entre 49 000 et 69 000 Bq/l en césium ? ont été « découvertes » dans un tunnel situé à proximité du réacteur n°3.

Réacteur 4
En mars 2011 le bâtiment a été déstabilisé par une ou plusieurs explosions et incendies dont on n’a aucune image pour l’instant. Les inquiétudes portent sur la piscine : on ne sait pas si elle pourra résister à un nouveau séisme important. Après le tremblement de terre du 1er janvier, il se pourrait qu’une fuite ait eu lieu dans cette piscine 4 ? où se trouve 229 tonnes de combustible ? ce qui aurait fait descendre son niveau d’eau et augmenter sa température. Selon les propos d’un ouvrier rapportés par une bloggeuse, l’eau serait même entrée à nouveau en ébullition. A la suite de cet évènement, une augmentation du césium a été remarquée.

Dans le pire des cas, c'est-à-dire l’effondrement de la piscine 4, le gouvernement a déjà prévu d’évacuer les habitants dans un rayon de 250 km, Tokyo inclus donc. Une épée de Damoclès est suspendue au dessus de l’archipel. Mais si le Japon venait à être évacué, c’est tout l’hémisphère nord qui serait durablement contaminé, car il ne serait plus possible d’intervenir sur le site à cause d’une trop grande radioactivité, ce qui provoquerait l’abandon des systèmes de refroidissement des autres structures (cœurs et piscines), l’ensemble représentant plus de 2400 tonnes de combustible.
.
Sous-sols de la centrale
On a toujours la désagréable impression que Tepco nous mène en bateau. L’opérateur annonce « découvrir » des tunnels plein d’eau radioactive, plus de 1000 tonnes ces derniers jours, alors qu’on sait très bien que tous les sous-sols sont pleins, vu que quand on pompe l’eau, ils se remplissent aussitôt (on soupçonne un flux de 200 à 500 tonnes d’eau par jour). Quand Tepco communique sur quelque chose, l’important est ailleurs probablement, et on ne l’apprend que la semaine suivante, voire plusieurs mois après comme la fonte des cœurs. (...)

Lire la suite ici:

http://fukushima.over-blog.fr/article-fukushima-en-janvier-2012-97601880.html?utm_source=www.nuclear-nucleaire.info&utm_medium=facebook

vendredi 20 janvier 2012

Suites à l'attentat...

.
"Sanctions en voies d'être prises envers l'Iran qui se dirigerait vers un programme militaire à partir du nucléaire employé". Çà, c'est vraiment parler pour ne rien dire vu que le nucléaire dit 'civil' est autant dangereux (sinon plus) que le militaire même s'il n'impacte qu'avec moins de précision.
Regardons simplement la catastrophe de Fukushima du 11 Mars dernier, et du pourquoi que la TEPCO a arrosé des tonnes d'eau la centrale éventrée en sachant pertinemment que le césium s'était formé dans les heures qui ont suivi le non-approvisionnement en eau du réacteur, et, qu'elles allaient donc se transformer immédiatement en vapeurs s'élevant dans le ciel. Premièrement, l'uranium est là pour chauffer l'eau et ne peut donc être 'éteint' avec. Secondement, la dispersion des particules radioactives étant favorisée par le jet-stream, l'impactage s'est donc fait d'Ouest en Est, c'est-à-dire du Pacifique vers l'Europe en passant par l'Amérique et l'Atlantique. Ce qu'ont subi les poissons dans les deux océans est de même facture que les terres immergées où nous vivons. Troisièmement, si la présence scalaire avait été employée là pour contenir les nuages (rappel de l'absence de cartes satellitaires NILU), jamais l'Amérique seulement n'aurait été touchée. Or, elle l'a été d'Ouest en Est. Donc, il s'agit bien là d'une expérience construite intégralement à partir de "l'accident" à Fukushima. Si je parle d'accident entre guillemets c'est que lorsqu'un virus a été implanté dans l'ordi des pompes d'approvisionnement, il ne s'agit plus là d'accident mais d'attentat. Attentat bien réel lui à côté des hologrammes d'avions du 11-9.
Donc, l'expérience de voir les particules chaudes s'élever au-dessus des réacteurs béants, mérite quand même que l'on s'y attarde un peu, non ? Ce que j'expliquai dans "Sauvez les murs !" le 7 Janvier.
Donc, qu'il s'agisse bientôt d'employer l'uranium 238 dans les réacteurs dits de '4ème génération', avec cet avantage de durer... des milliers d'années, qu'en est-il aujourd'hui des protections des ordinateurs employés ainsi que de la validité du personnel qui s'en approche ? Je crains là que ce soient les politiques qui aient le dernier mot avec des responsabilités comme des nominations qui passent !
Bon. C'est un peu brouillon tout çà (mais je me comprends).
La question est de savoir (en remontant la pente événementielle de la chronologie) à qui profite le crime ?
"Si ma femme doit être veuve un jour, j'aime mieux que ce soit de mon vivant" (Georges Courteline).
(re) Voir aussi:
http://huemaurice7.blogspot.com/2011/07/hologramme-du-11-septembre.html

jeudi 19 janvier 2012

Reportage


.
Durant toute son adolescence, la jeune éléphante - comme bien d'autres meufs chimpanzées d'à côté (collège Henry 4) - prennent la désagréable habitude de se laisser faire par le mâle dominant (qui serait presque à envoyer facture pour services rendus !) et, saisissent l'occasion (lors d'un safari ou d'une boum façon S.M.), de s'entretenir la lubrification des machines peu servies, a, sans nulle doute, l'expérience a portée d'un point d'eau (bar de discotte), de rencontrer l'internet qui saura les cliquer.
Aux dernières infos, l'endoscopie du 'réacteur n°2' serait terminée (faite par des gynécos amateurs). Voir photos jointes de l'intérieur des catacombes. Donc, là, même pas besoin de photoshop pour truquer les images, vues qu'elles sont tout juste assez floues pour ne rien vouloir dire du corium (barres fondues) au fond de l'épave. Donc, de là à parler de possibility d'avortement du carburant passé au travers de la machine, faudra attendre 1000 ans (à deux jours près) pour en dire si on le garde ou on le jette.
Si on le garde, deux possibilities: soit on en fait rien, soit on le met en bocal avec du formol pour montrer de quoi on était capable de faire à Fukushima, soit, si on le jette: où va t-on foutre le déchet ? (qui en veut ? promo, etc). Dans la mesure où on le garde pour rien foutre, il ira rejoindre le bataillon déjà bien achalandé des chômeurs de l'aventure vers qui les voix se seraient portées si l'on avait pu en tirer encore quelque chose.
Ainsi, aux cimetières des éléphants, même si 'ça trompe énormément', les défenses ont encore un marché dans le taillé en pointe pour les sièges à venir, tandis que les rapaces n'ont d'autres avenirs que d'accourir envers ceux qui tombent. A plus d'égards pour les énergies futures, l'on comprendrait que les dispenses de 'Directions actuelles' soient bien verrouillées par le peuple à l'avenir, mais là encore (depuis des siècles il en est ainsi), quand il s'agit de jeter un oeil sur le cheptel en transhumance, les informations satellitaires sont closes pour les contribuables, de façon a ce qu'il n'y est pas de 'mauvaises graines' qui poussent dans les champs d'à côté, ni qu'elles s'épanouissent au soleil et à la pluie pour en produire des rejetons bien embarrassants.
'Redoubler la 5ème' pour des vieilles de trente ans... c'est aujourd'hui possible (à condition que les parents soient toujours là pour payer), surtout quand de 'nouveaux marchés sont à prendre dans les pays dits émergeants'. C'est vrai que quand on met l'électricité sur une ampoule on ne lui demande pas d'où elle vient ni quel âge elle a. Ainsi, parallèlement et très discrètement se sont mis en place des marchés de la diode basse conso qui seraient plutôt adaptables aux éoliennes et panneaux noirs de toits qu'aux phares longues portées des entrées de ports. Bref, on sent quand même qu'ils veulent/voudraient dire quelque chose qui se passe et se passera bientôt mais que ce n'est le moment de faire des révélations sur le quoi qu'on s'éclairera demain ? Est-ce encore trop tôt pour parler du pétrole abiotique ou de la technologie scalaire en place et en usage ?
Les fauves ne sont plus ce qu'ils étaient.

Le maire de Namie persiste : les autorités gouvernementales Japonaises ont organisé une "espèce de meurtre"

.

19/01/2012

Retour sur une évacuation ratée

Namie, 20.000 habitants, s'étend sur un territoire d'une centaine de km2 au Nord et à l'Ouest de la centrale de Fukushima Daiichi. Namie a été évacuée en 3 étapes : la moitié Sud-Est (zone de 10 km) l'après-midi du 12 mars ; la zone 10-20 km dans la soirée du même jour (19h-23h) puis la partie située au Nord-Ouest (hors-zone des 20 km) le 11 avril 2011. Nous savons maintenant qu'une partie des premiers habitants évacués s'est maladroitement dirigée - à l'aveuglette et en empruntant une zone extrêmement dangereuse - vers une zone bien plus contaminée que celle qu'ils venaient de quitter. Namie et Tomioka ont purement et simplement été "oubliées" par les autorités, leurs habitants ayant dû se débrouiller seuls, ayant parfois à subir de longs embouteillages dans une zone fortement touchée par les retombées du réacteur n°. 1 de Fukushima Daiichi qui était en train de fondre.
Le maire de Namie accuse une nouvelle fois les autorités de "meurtre"

Dans une interview accordée à la chaîne ABC Australie - souvent à la pointe de l'information sur la catastrophe Japonaise - le Maire de Namie, Tamotsu Baba, confirme les propos qu'il avait tenus précédemment dans la presse locale Nippone :

"Du fait que nous n'avions aucune information, nous avons maladroitement fait évacuer les gens vers une zone où la radioactivité était très élevée et je suis en conséquence très inquiet pour la santé de ces personnes... Je ressens de la peine mais également de la colère sur un tel ratage de la part du gouvernement... Ce n'est peut-être pas un langage approprié mais je persiste à penser que l'on peut parler de meurtre... A quoi pensaient-elles [les autorités] quand il s'agissait de se préoccuper de la dignité des gens et à la sauvegarde de leurs existences ? Je pense qu'ils ne réfléchissaient même pas en fait à ces existences."

Les autorités savaient mais c'était le "silence radio"

Il n'y a rien de pire que de se trouver abandonné dans une situation d'urgence. Ou peut-être, d'apprendre par la suite que l'on aurait pu être aidé, conseillé, dirigé mais que ceci n'a pas été fait pour des raisons obscures. L'article d'ABC nous confirme un peu plus loin que les autorités Japonaises connaissaient approximativement l'étendue et la direction du "nuage" radioactif mais qu'elles n'ont pas communiqué ces informations dans la crainte de créer un sentiment de panique dans la population locale. Les autorités Japonaises n'ont prévenu que les autorités militaires des USA au Japon...

Les forces militaires Américaines au Japon prévenues, la population Japonaise ignorée

Itaru Watanabe, responsable de la cartographie initiale au MEXT (Ministère de la Science Japonais) a d'ailleurs reconnu : "Il aurait peut-être fallu [sic] informer le public en même temps que l'armée Américaine". Au fait, pourquoi prévenir les militaires des USA ? Peut-être dans un objectif de coopération dans la gestion de la méga-catastrophe qui s'annonçait, alors que prévenir les citoyens locaux ne pouvait rien apporter de concret, sauf à créer un sentiment de panique... jugé inutile ?

USA, Ukraine, Japon... et en France, que se passerait-il si la même situation survenait demain ?

A chaque accident majeur, les autorités, quelles qu'elles soient, où qu'elles soient, ont le même réflexe : minimiser, désinformer, retarder au maximum le circuit de l'information, ne serait-ce que pour se donner le temps "d'y voir plus clair". Ce n'est pas un réflexe national, c'est une procédure "mondialisée" qui doit probablement figurer officieusement dans quelque document "Eyes only". La question se pose donc de savoir, si un tel accident se produisait demain dans un Centre National de Production Électronucléaire Français - autrement dit une "centrale" - pourquoi diable un circuit honnête et rapide de "traitement de l'information de crise" serait utilisé et pour quel motif ce qui s'est déjà produit en trois occasions - la désinformation organisée au plus haut niveau des états - ne le serait pas une nouvelle fois.

http://www.gen4.fr/blog/2012/01/le-maire-de-namie-persiste-les-autorit%C3%A9s-gouvernementales-japonaises-ont-organis%C3%A9-une-esp%C3%A8ce-de-meurtre.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=facebook&utm_campaign=Feed%3A+Gen4-LeNuclaireBilanEtPerspectives+%28gen4+-+Le+nucl%C3%A9aire%2C+bilan+et+perspectives%29&utm_content=FaceBook

mercredi 18 janvier 2012

C'est la fin de l'Internet tel que nous le connaissons

Wednesday, January 18, 2012

Le Secret derrière Castillane c'est la fin de l'Internet tel que nous le connaissons
Le Secret de la SOPA

Paul Joseph Watson
La prison Planet.com
Mercredi 18 janvier 2012

Le secret derrière Castillane, le projet de loi contre le piratage soi-disant qui est aujourd'hui la cible d'une réaction sans précédent avec Wikileaks et autres sites majeurs « going sombre » pour protester contre la Loi, n'a rien à voir avec le piratage ou le vol du droit d'auteur – il s'agit de l'effort formel pour imiter le système de la Chine communiste de la censure de l'Internet.

Mais ne pas prendre notre mot pour elle, écouter ce que Joe Lieberman, coauteur du PIPA, sœur du SOPA version au Sénat, a déclaré sur le but de derrière les efforts du gouvernement américain pour contrôler l'Internet sous le couvert de la cybersécurité.

Lieberman a caractérisé les craintes que le gouvernement américain ferait usage de tels pouvoirs à contenu politique de censure « total de désinformation, » va encore d'admettre que le but derrière l'ordre du jour est pour imiter la capacité de la Chine de "se déconnecter les parties de l'Internet en cas de guerre", ajoutant, « nous devons qui ici trop ».

Bien entendu, la « Guerre » de la Chine communiste n'est pas contre les terroristes étrangers ou des pirates informatiques, elle est ciblée contre des personnes qui osent utiliser Internet à la dissidence explicite contre les atrocités de gouvernement ou de la corruption. Le système de la Chine, de la police de l'Internet est sujet de concassage de liberté de parole et n'a rien à voir avec des questions de sécurité comme Lieberman le sait pertinemment.

Ayant en grande partie échoué dans sa tentative d'utiliser des craintes au cours de la guerre cybernétique, en gardant à l'esprit c'était les États-Unis et Israël qui ont lancé l'attaque de Stuxnet, pour atteindre le but ultime de contrôle de l'Internet, Lieberman est de retour avec le même ordre du jour uniquement sous un prétexte différent – la Loi sur la protection des propriétés intellectuelles – dont il est l'un des parrains.

Si la justification est la cybersécurité ou contre le piratage, le jeu final reste la possibilité de saisir un contrôle sur l'Internet et de fermer des sites Internet sur un coup de tête.

En effet, l'est simplement l'acte de codification légalement ce qui est déjà en cours. Lieberman lui-même a contribué à ce que le site Web du dénonciateur de Wikileaks ferme lorsque Amazon a supprimé Wikileaks de ses serveurs après étant sous la pression de le faire par le Comité de sécurité intérieure du Lieberman Sénat.

En outre, le Department of Homeland Security a déjà saisi des dizaines de sites Web, simplement pour le relier au matériel protégé, malgré le fait que ce matériel n'est pas encore hébergé sur le site Web lui-même, un processus est que l'Electronic Frontier Foundation a critiqué comme, « Contondants qui causent des dommages collatéraux inacceptables pour les droits de liberté d'expression. »

Le DHS a également saisi des sites Web sans motif apparent, y compris un blog de musique populaire qui a été fermé pendant plus d'un an sur des accusations que le DHS admet maintenant qui étaient totalement fausses.

Alors que tels que Wikipédia et Google ont protesté louable contre Castillane et PIPA, les gros FAI et entreprises de nom de domaine sont fermement derrière elle. En effet, l'autorité mondiale sur tous les noms de domaine .com, VeriSign, récemment a exigé le pouvoir de mettre fin à des sites Web réputés « abusif » lorsque l'ordre de gouvernement sans ordonnance d'un tribunal ou toute sorte de surveillance que ce soit.

U n v d e r t i s e m e n t

Bien que les protestations massives par des gens comme Wikipédia et Google ont retardé un vote sur SOPA, le projet de loi est défini pour retourner à l'étage de la maison le mois prochain.

Le jeu de fin ultime de Castillane n'est pas simplement sur la remise au gouvernement fédéral le pouvoir de fermer des sites Web. Une fois ces pouvoirs lui seront accordés, la seule façon d'un tel système de police serait d'exiger que tous les propriétaires de sites Web et en finisse par quiconque affiche toute forme de contenu sur Internet, d'exiger l'autorisation de l'état de le faire. Cela prendra la forme d'un ID de Internet individuel pour chaque utilisateur – nouveau parti du Lieberman de favoriser le système de style chinois – qui peut être accordé ou révoqué à la discrétion des autorités.

Le soi-disant « National stratégie pour Trusted identités dans le cyberespace, » créé par le NIST sous les auspices du département du Commerce américain, est censé offrir un « écosystème d'identité » en vertu de laquelle les Américains seront en mesure de protéger leurs renseignements pas avec des mots de passe, mais avec un « credential unique » stockés sur une carte à puce, un téléphone cellulaire, un FAB porte-clés ou un autre genre de gadget. Cela servira ensuite à accéder à une multitude de données, y compris les déclarations d'impôt, de renseignements sur la santé, de comptes bancaires et de plus, s'élevant à un passeport pour toute votre vie.

Avec un tel système, l'État sera capable de créer un environnement beaucoup plus favorable pour contrôler le flux d'information. Bill Clinton a proposé que s'épanouiront l'"Internet Ministère de la vérité" et les préoccupations de Hillary Clinton sur la volonté de « perdre l'infowar » être adressée.

C'est le vrai secret Castillane, c'est une autre étape vers l'abolition de l'anonymat et de créer une infrastructure en vertu de laquelle, tout comme dans le domaine physique, chaque acte de commerce, de communication ou d'exercice des libertés devront d'abord être approuvés par une figure d'autorité avant qu'il soit autorisé à prendre place.

http://newresearchfindingstwo.blogspot.com/2012/01/secret-behind-sopa-its-end-of-internet.html

Arnie Gundersen parle des relations nucléaire/Fukushima

 .
Mardi 17 janvier 2012

 
Arnie Gundersen Arnie Gundersen : Bonjour, je suis Arnie Gundersen de Fairewinds.
Aujourd'hui, je voudrais présenter une vidéo par Ian Goddard. Mais avant que moi, je veux parler de BEIR. Maintenant, c'est pas les trucs que vous buvez, mais il est "BEIR" et il se dresse pour les effets biologiques des rayonnements ionisants et c'est un rapport de la National Academy of Sciences. Ce qui m'a penser que c'étaient deux histoires troublantes de nouvelles du Japon.

La première histoire vient de la NHK, qui est la station de radio-télévision japonaise majeure. L'histoire rapporte que, dans la préfecture de Fukushima, les niveaux très très élevés de césium ont été trouvés dans les fleurs mâles cedar. Apparemment, la pointe du cèdre est chargée au césium. Les données indiquent qu'il est environ un quart de million de désintégrations par seconde dans un kilogramme de ces fleurs de cèdre. C'est assez grave parce que, bien entendu, au printemps, les fleurs vont IUN et que le césium radioactif ira s'aéroporter, encore une fois. Maintenant ce qui attiré mon attention était-il la réponse japonaise à qui. Et Voici ce que dit la NHK : "l'agence reports, « Ce n'est pas si un grand danger pour la santé car c'est seulement à 10 fois ce qu'une personne serait exposée à la vie normale à Tokyo »." Maintenant, il y a toutes sortes d'hypothèses qui vont dans ce calcul, mais à mon sens quand vous relâchez un quart de million de désintégrations par seconde dans l'air lorsque les fleurs ont éclaté, cela devrait attirer l'attention de la santé publique.
La deuxième histoire est aussi du Japon et celui de l'époque du Japon, où des sauterelles radioactives ont été détectés dans la préfecture de Fukushima. Maintenant, les sauterelles sont contaminées à hauteur de 4 000 désintégrations par seconde dans un kilogramme de sauterelles. Maintenant pourquoi est-ce important ? Les Japonais mangent des sauterelles radioactives avec leur bière. Maintenant l'histoire poursuit en disant cela. « Les scientifiques pensent qu'il est sécuritaire de consommer les bugs parce qu'elles sont habituellement dans des portions de collation de taille, croquantes marinées au soja, ces criquets appréciés avec une froide chope de bière. » Maintenant, je pense que boire de la bière est beau, mais quand le bogue que vous mangez a 4 000 désintégrations par seconde de césium, cela devrait aussi être une préoccupation pour les agents de santé publique.
Qui m'obtient la question du BIER, des effets biologiques des rayonnements ionisants. Le rapport BIER montre ce taux de radiation exposition and cancer sont linéaires. Et ce que cela signifie qu'il est proportionnel, le rayonnement plus vous obtenez, le cancer plus vous êtes susceptibles d'obtenir. Moins les cancers proviennent des doses plus faibles. Si à cette dose, cette forme de cancer, la ligne va de haut en bas en ligne droite. C'est ce que dit BIER, elle est appelée la L.N.T., approche linéaire sans seuil. Maintenant, ce que cela signifie en BIER est la suivante : si quelqu'un est exposée à 100 rem, c'est un sievert, les chances d'obtenir du cancer sont de 1 à 10. Si vous coupez que dans 10, donc quelqu'un obtient 10 rem, c'est 100 milisieverts, les chances d'obtenir du cancer sont de 1 à 100. Going down un de plus, si vous obtenez 1 rem du rayonnement ou millisieverts environ 10, les chances d'un cancer sont environ 1 à 1 000.
Maintenant au Japon, le gouvernement japonais est de permettre aux gens de revenir dans ces zones de rayonnement, lorsque l'exposition au rayonnement est 2 rem. Ce qui signifie, c'est qu'ils sont prêts à dire que vos chances d'obtenir du cancer sont 1 à 500 si vous revenez dans ces domaines qui sont présentement hors limites, et les niveaux d'exposition sont 2 rem ou 20 milisieverts en un an.
Mais c'est bien pire que celà. Le nombre que nous utilisons dans le rapport BIER est pour l'ensemble de la population, les personnes âgées et les jeunes. Et les personnes âgées vont mourir de quelque chose avant un cancer obtient pour eux, alors que les jeunes ont des cellules en Division rapidement et ils vivent plus longtemps, ils sont plus susceptibles d'obtenir du cancer. Donc si vous allez dans le rapport BIER et vous regardez tableau 12-D, vous verrez que les jeunes femmes ont un 5 fois plus le nombre de chances d'obtenir du cancer que la population dans son ensemble. Pour les jeunes filles dans la préfecture de Fukushima vont obtenir 5 fois l'exposition qu'ils obtiendraient de rem 2. Cela signifie qu'environ une à 100 jeunes filles va avoir le cancer par suite de l'exposition dans la préfecture de Fukushima. Et c'est pour chaque année, qu'ils sont dans la zone de rayonnement. Si vous êtes là pour 5 ans, il est 5 de 100 jeunes filles auront du cancer.
Maintenant le rapport BIER traite uniquement du cancer, et bien entendu, il y a d'autres effets du rayonnement qui ne sont pas inclus dans BIER, donc c'est en fait bien pire que cela.
Deux autres articles : le premier est que le rapport BIER ne traite pas des particules chaudes. Maintenant nous avons été plus que largement sur le site, et vous verrez qu'il imbibition (un gamin qui a le césium radioactif sur ses mains et qu'il avale, ou avec la respiration), n'est pas inclus dans le rapport BIER.
Et la dernière pièce nous mène à la vidéo de Ian Goddard, et c'est cette hypothèse par le japonais et l'International Atomic Energy Agency, qu'à un certain moment, ce rayonnement est vraiment dur de mesurer qu'elle ne compte pas plus. De même, les données indiquent que tout le contraire qui se passe. Et cela m'amène à la vidéo de Ian Goddard. Je serai de retour à la fin de la vidéo pour essayer de résumer tout ce que nous avons parlé aujourd'hui.
--------------------------------------------------------------- BEGIN : Ian Goddard vidéo

À la suite de la catastrophe nucléaire de Fukushima, le gouvernement japonais a élevé le niveau d'exposition au rayonnement admissible de 1 à 20 millisieverts par année, même pour les enfants.
>> NHK: « Le 19 avril, le ministère de l'éducation, Culture, Sports, sciences et technologie annoncé que la quantité de rayonnement, un enfant peut être exposé à un an est 20 mSv. » >> IAN : Les fonctionnaires proclament que 20 millisieverts par année est sans danger, mais est-ce ? Dans cette vidéo, nous testerons la demande officielle de sécurité contre la science radiobiologique établie. La science même sur lequel "l'United States National Academy of Sciences" prédit que 20 millisieverts du rayonnement seulement causera pas partout sur Fukushima, mais sera principalement de tuer par cancers femmes et enfants.
Dans cette vidéo nous testerons également la demande officielle de sécurité contre la recherche publiée récemment, comme la plus vaste étude des travailleurs dans le nucléaire jamais réalisée. Comprenant plus de 400 000 travailleurs des 15 comtés, l'étude a révélé une mortalité accrue de cancer chez les travailleurs dans le nucléaire exposés à une moyenne de 2 millisieverts par année. C'est seulement un dixième des prétendument sécuritaires 20 millisieverts par an qui sont permis à Fukushima !
Dans cette vidéo, nous verrons que le public est être induit en erreur d'acheter par les gouvernements et grands médias un faux sentiment de sécurité concernant les retombées nucléaires, et que cela entrave la capacité des citoyens d'être pleinement informés pour que nous puissions faire entendre des décisions qui dirigent nos démocraties à un avenir sécuritaire-énergie.
Donc restez à l'écoute, que nous couvrons tout celà et plus.
L'United States National Academy of Sciences est une ressource logique à consulter sur l'état de la science de la radiation. Et l'Académie publie régulièrement des rapports sur les risques de faibles doses de rayonnement. Les rapports sont fondés sur des décennies de recherche épidémiologique et radiobiologique, dont les modèles de prévision des risques sont construits. Plus récent, le rapport de l'Académie fournit des données brutes et des instructions pour que vous puissiez appliquer leurs modèles de risque à un large éventail de scénarios d'exposition. Rapport de l'Académie, nous pouvons trouver donc le risque de cancer à 20 millisieverts.
Il s'agit de table de données de l'Académie pour les cas de cancer estimés causés par 100 millisieverts de rayonnement, stratifié selon l'âge et la ségrégation selon le sexe. Les surlignés en jaune sont les prévisions concernant le nombre de cas pour tous les cancers pour 100 000 personnes. Immédiatement, nous pouvons voir que le risque de cancer diminue uniformément à mesure que l'âge augmente pour les mâles et les femelles. En d'autres termes, les enfants sont plus vulnérables aux radiations.
Un complot de ces données donne ce graphique. Ce graphique de risque de cancer maintient cette forme indépendamment de la dose. Cette forme est donc le visage du risque de cancer induit par le rayonnement dans l'ensemble de la durée de vie humaine.
En suivant les instructions de l'Académie sur le modèle à des doses précises d'échelle, l'axe est étalonné des cas de cancer prédits causés par les 20 millisieverts prétendument sécuritaires. Et ici, à leur tour sont re-calibrations pour 10 et 2 millisieverts. Conformément à l'Académie, il n'y a aucune dose inoffensive du rayonnement.
De toute évidence 20 millisieverts n'est pas sécuritaire ! Mais ce qui est plus remarquable est que les enfants et plus particulièrement les filles, sont les plus à risque de cancer induites par le rayonnement. En fait, presque deux fois plus les filles sont aussi vulnérables que les garçons du même âge, et une fille de 5 ans est 5 fois plus, et une femelle infantile 7 fois plus vulnérable qu'un homme de 30 ans. Tellement les filles portent la force brute de l'impact du rayonnement sur la race humaine. Tenir compte de ce que cela dit de la déontologie des avocats d'énergie nucléaire qui sont au courant de ce fait.
Ces données de la National Academy of Sciences sont librement accessibles à tous les grands médias et les fonctionnaires du gouvernement. Pourtant au lieu d'informer le public de l'état actuel de la science des rayonnements et les risques réels de l'énergie nucléaire, qu'ils nous amènent à la place de croire que 20 milisieverts de rayonnement est sécuritaire ou ses effets sont un mystère complet.
CBS: "Les résidents étaient à Tokyo pour protester après que le gouvernement ait assoupli la sécurité limite en dépit du fait de l'impact à long terme de faibles doses de rayonnement est inconnu. L'impact à long terme de faibles doses de rayonnement est inconnu". IAN : pire encore que le défaut d'informer, de grands médias amener le public à croire que le risque des modèles scientifiques de faibles doses de rayonnement, comme nous l'avons juste revu, n'existent encore. Encore à l'extérieur de cocoon des médias de l'ignorance béate, la science marche vers l'avant pour caractériser davantage les risques de faibles doses de rayonnement. Et le flux entrant de preuves publiées depuis le dernier rapport de l'Académie en 2006 suggère que le modèle de risque de l'Académie est soit exacte ou peuvent sous-estimer les risques.
En 2007, la plus grande étude jamais réalisée sur l'exposition aux rayonnements de faible dose au travail a été publiée. L'étude contient plus de 400 000 travailleurs de l'industrie nucléaire provenant de 15 pays. L'étude a révélé une relation significative entre la mortalité du cancer et de la dose de rayonnement.
La durée moyenne d'emploi du travailleur nucléaire dans l'étude était 10,5 années, et la dose moyenne accumulée au cours de ces années était 19,4 millisieverts. Cela implique une dose annuelle moyenne de 1,85 millisieverts par année. Donc avec une indemnité de 20 millisieverts par année, les enfants de la Fukushiman peuvent recevoir jusqu'à 10 fois le débit de dose associée accru de cancer chez les adultes travailleurs dans le nucléaire.
Pour obtenir une estimation plus exacte de la dose annuelle moyenne, ce tableau de données montrant la dose moyenne cumulative et les années de travail pour chaque pays est utile. Sur ces données nous trouvons que la dose annuelle moyenne pour la cohorte entière était 1,95 millisieverts par année, nouveau arrondissant à 2 millisieverts par année. Les données fournies par l'étude permettent également le calcul de la dose annuelle médiane de la cohorte entière, qui était encore, est inférieure à 0,45 simplement, ou un semestre millisievert, par année.
Ainsi, le débit de dose représentant parmi les travailleurs nucléaires était au plus un dixième des 20 millisieverts par année qui sont permis à Fukushima. Et pourtant cette dose très petite sur une moyenne de 10,5 ans est en corrélation avec un risque élevé de mortalité due au cancer.
Pour obtenir un sens de la distribution des expositions, 90 % des travailleurs de l'étude ont reçu un cumulatif de doses de moins de 50 millisieverts pendant leur toute période d'emploi, dont l'ensemble était en moyenne de 10,5 ans. Diviser le 50 millisieverts par 10,5 années suggère que ce débit de dose pour la plupart des travailleurs a été probablement au-dessous de 5 millisieverts par an, une suite de la dose annuelle maximale pour les Fukushimans.
Pour obtenir un sens de la distribution de l'effet du rayonnement sur la cohorte de 15 pays, les auteurs ont éliminé chaque pays de l'étude de l'un à la fois pour voir si d'éliminer les données d'un pays a éliminé l'effet du rayonnement indiqué. Dans chaque objectivé, ils ont constaté que le ratio de risque en excès ou ERR, était supérieur, mais compatible avec, modèle de risque de BEIR VII l'Académie nationale des Sciences, qui était le modèle de risque, que nous avons examiné précédemment. L'effet du rayonnement indiqué n'était donc pas partial par des données provenant d'un pays donné.
Les auteurs de l'étude ont noté que travailleur fumeur est un facteur de confusion possible puisque le cancer du poumon était commun parmi les travailleurs. Toutefois, les autres cancers liés au tabagisme ont montré peu de rapport avec la dose de rayonnement et les auteurs ont conclu que, même si le tabagisme a joué un rôle, il ne peut pas pleinement tenir compte pour la relation dose du cancer au rayonnement. Donc là, peut-être cette corrélation cancer était en réalité un artefact de fumer ne semble pas être le cas.
Alors disons recap, l'étude de 15 pays rédigée par 51 scientifiques du rayonnement, est la plus grande étude jamais réalisée de travailleurs nucléaires; Il a trouvé le risque accru de cancer chez les travailleurs; la dose de travailleur moyenne était de 2 millisiverts par an. la plupart des travailleurs ont reçu moins de 5 millisiverts par an. et la dose maximale autorisée au Japon est de 20 millisieverts par année, 10 fois plus élevée que la dose annuelle moyenne de travailleur et 4 fois plus élevée que la plupart des doses de travailleur.
Deux ans plus tard en 2009, Jacob et ses collègues ont analysé l'étude de 15 pays seulement, nous avons examiné plus de huit autres études de travailleur dans le nucléaire. Ce qui rend l'exposition nucléaire-travailleur particulièrement pertinente pour les zones contaminées par des retombées nucléaires, c'est ce que les deux scénarios d'exposition d'administrer des doses à un rythme lent de persistant. Et la méta-analyse de Jacob et ses collègues suggèrent que ces taux de dose lente pourraient être plus dommageable que les taux de fast-dose.
Par exemple, le diagramme de Jacob illustre le risque de cancer-surmortalité dans neuf études des travailleurs nucléaires. Chaque étude est notée par un point rouge dont le déplacement vers la droite du risque 0 le long de l'axe du Bas indique le degré de risque accru dans cette étude.
En revanche, les points bleus représentent le risque en excès comparatif parmi la cohorte de l'atome-bombe-survivant, ajustée pour correspondre le sex-ratio et la moyenne d'âge des travailleurs nucléaires dans chaque étude. Comme nous pouvons le constater, les points rouges sont habituellement plus vers la droite déplacés que les points bleus, et par conséquent la plupart des études nucléaires-travailleur ont trouvé un risque plus élevé de mortalité due au cancer que parmi les survivants de la bombe atomique.
C'est une constatation importante parce que les modèles de risque de rayonnement sont en grande partie fondés sur rapide-dose expositions comme de l'explosion de la bombe atomique, et pensait que les taux de fast-dose étaient plus néfastes. Toutefois, les conclusions de Jacob et ses collègues apportent ce point de vue en question.
Comme un éditorial sur les conclusions de Jacobs et al dans la revue Occupation et de la médecine environnementale, a fait remarquer :
« un certain nombre d'études récentes conteste l'hypothèse que les expositions de bas-débit de dose aux formes pénétrantes de rayonnements ionisants sont moins efficaces pour causer le cancer que les expositions de haut-débit de dose. » [car] « des risques pour les personnes qui ont reçu bas-débit de dose expositions ont tendance à être plus grande qu'ou similaire, les estimations correspondantes dérivées de l'étude des survivants de la bombe atomique aux japonais. »
Ce graphique de Jacob et al illustre la divergence des modèles de risque. Les deux principaux modèles de risque sont sur la gauche. Le deuxième est le modèle de risque de cancer de l'Académie nationale des Sciences que nous avons examiné précédemment. Les deux modèles de risque reposent en grande partie sur l'exposition de débit de dose de fast vécue par les survivants de la bombe atomique. Mais la barre troisième sur la droite représente un niveau plus élevé de risque dérivé du taux de ralentir-dose de travailleurs nucléaires.
Si la fine pointe de la recherche meta-analytical suggère que les modèles de risque de rayonnement contemporain leader peuvent sous-estimer réellement l'efficacité cancérogène de faibles doses de rayonnement.
La science est de clarifier pas seulement davantage les effets nocifs des rayonnements de faible dose niveau macroscopique à grande échelle, mais au niveau microscopique ainsi. Une recherche récente a augmenté la fidélité des données dans la gamme de faible dose concernant les dommages génétiques induits par le rayonnement.
Les translocations chromosomiques sont une forme de dommages génétiques résultant de réparation défectueuse des molécules d'ADN endommagées par des produits chimiques génotoxiques ou par le rayonnement. On croit que les translocations chromosomiques, également connues sous le nom d'aberrations chromosomiques, donnent lieu à de nombreuses formes de cancer. Et une augmentation de la fréquence des aberrations chromosomiques est reconnue comme une indication d'un risque accru de cancer. Comme tel, induite par le rayonnement des aberrations chromosomiques sont fondamentales pour le mécanisme causal de cancer induite par le rayonnement.
Il a été bien documenté que la moyenne à haute dose de rayonnement augmente l'aberrations chromosomiques, mais l'influence de faibles doses de rayonnement a été moins certaine. Mais si ce mécanisme de rayonnement induit par le cancer survient à faibles doses, il y aurait peu de raisons de douter que les faibles doses de rayonnement peuvent causer le cancer.
En 2010, Bhatti et ses collègues ont publié une méta-analyse des études qui ont examiné l'influence des examens médicaux de rayons x sur l'incidence des translocations chromosomiques. Ils cherchent à acquérir une plus grande précision sur l'impact des faibles doses de rayonnement par la mise en commun des données provenant d'études multiples.
Non seulement ils trouvent une dose-réponse dans la gamme de faibles doses, mais à leur grande surprise, la fréquence des aberrations chromosomiques par unité de rayonnement ont augmenté ci-dessous environ 20 millisiverts. En outre, à des doses inférieures d'environ 10 millisieverts, la fréquence des aberrations par unité de rayonnement a augmenté davantage encore et par un ordre de grandeur. Compte tenu de ces constatations, preuve de la cancérogénicité du rayonnement à faibles doses pourrait difficilement être plus logiquement indiquée. Examinons celà formellement.
Le syllogisme hypothétique est un schéma de deux prémisses argument logique classique de la forme: étant donné que, si c'est le cas que P, alors Q, et si c'est le cas que Q, puis R, puis nous pouvons conclure qu'il est également le cas que si p alors r.
Brancher les preuves scientifiques, nous avons revu juste dans le syllogisme hypothétique que nous pouvons avoir raison : étant donné que, s'il y a rayonnement de faible dose, alors il n'y a plus de préjudice chromosomique, et si il n'y a plus de mal chromosomique, alors il n'y a plus de cancer, alors nous pouvons conclure que s'il y a des faibles doses de rayonnement, alors il y a beaucoup plus du cancer.
Maintenant, dans une certaine mesure ce syllogisme peut être une simplification. La complexité largement inexplorée de systèmes biologiques ne sont pas facilement réductibles à des arguments de la logique élémentaire. Cependant, cela dit, notre intrants dans ce schéma d'arguments valides sont les résultats de la recherche biologique état-of-the-art, donc en ce moment, la conclusion semble à tout le moins plausible.
Dans cette vidéo, nous avons examiné la radiobiologie établie et les récentes recherches radiobiologiques. De cette large base scientifique, nous avons observé que:
La National Academy of Sciences prédit le risque accru de cancer d'expositions au-dessous de 20 mSv/y.
Recherche publiée depuis le dernier rapport de l'Académie en 2006 corrobore cette prédiction.
Des recherches récentes suggèrent également que modèle de risque de l'Académie peut-être sous-estimer le risque de cancer.
Des recherches récentes concluent également que l'exposition aux rayonnements au-dessous de 20 mSv est associée avec des dommages génétiques.
Donc, historique et d'avant-garde de la recherche scientifique a constamment démontrer que l'allocation du Japon de 20 millisieverts par année n'est pas sécuritaire.

FIN : Ian Goddard vidéo

-------------------------------------

Eh bien, je voudrais remercier Ian Goddard pour cette excellente analyse et en résumé, tous ce que cela signifie. Selon le National Academy of Sciences, le rapport BIER, des effets biologiques des rayonnements ionisants, la chance d'une personne à Fukushima recevant un cancer est environ de 1 à 500 au seuil que les japonais ont mis. Mais c'est bien pire que celà: Les jeunes filles sont 5 fois plus sensibles à la radio que l'indique les données. Donc, ce que cela signifie est qu'au moins 1 dans 100 jeunes filles est probablement d'avoir le cancer si elles y retournent en vertu de ces limites de rayonnement. Et qui ne comprend pas les particules chaudes et elle ne comprend pas ce que m. Goddard a clairement montré est un problème d'expositions à basse altitude étant peut-être pire que linéaire.
Je vous remercie très beaucoup et je vous tiendra informé.

http://newresearchfindingstwo.blogspot.com/2012/01/arnie-gundersen.html
 

mardi 17 janvier 2012

Sushi froid

.
Suite à l'accident de Fukushima qui a mis pratiquement tous les constructeurs de centrales dans l'embarras (pour ne pas dire un autre mot), il a donc été demandé pour rassurer la population d'effectuer des tests sur chacune d'elles. Tests qui se sont révélés pitoyables pour 49 sur 54 ! (au Japon), sans citer les autres pays où - discrètement et a l'abri des regards et commentaires - seront effectués des 'renforcement/consolidation' voire simplement la pose de papiers-peints si le Gouvernement ne les allonge pas. Parce que tout çà, ça fait des sous. D'ailleurs, quoi de plus tentant que de copier le Japon où le prix de l'électricité va augmenter de 17% (par an ou par mois ?) sans que la populace frigorifiée n'évoque là une chaleur contestable qui la ferait descendre dans la rue. Donc, finalement, c'est la faute à personne mais, c'est tout le monde qui va payer les pots cassés (sauf bien sûr les Dirigeants qui sont loin de mettre la main à la poche). Et, encore là... quand ils affichent au Japon 49 réacteurs arrêtés sur 54, il faudra en ajouter 5 de plus au printemps parce que eux aussi doivent passer à la visite. Donc, ce mois de mai venu, le pays du soleil levant va se retrouver avec zéro réacteur ! C'est là que les 'verts' vont se compter sur les doigts d'une main ! Donc, si ça va un hiver de devoir coucher dans la voiture pour se chauffer, ça m'étonnerait bien que le prochain soit de même facture. Parce qu'en plus, il y en a qui seraient tenté d'augmenter aussi le prix de l'essence ! (Adoptez un mouton vous aurez des pull-overs/Rigolez pas, c'est très affectueux et en plus ça vous tond la pelouse en moins de deux !).
Donc, de devoir souder les composants électronique à la bougie ou de porter son ordi au forgeron va désormais s'inscrire dans les traditions nouvelles.

lundi 16 janvier 2012

Fukushima 6 mois plus tard - Reportage Partie 1


Remarquez qu'à 1mn 20 sec, les autorités mesurent les taux de radioactivité sans toucher le corps ni les vêtements ! A 1mn 31 sec le cadran du compteur affiche zéro. Etait-il vraiment branché ? ou déjà étalonné aux nouvelles normes gouvernementales de x 20 !?

Affiche de Fukushima Batman
http://www.lacuisinedugraphiste.net/

dimanche 15 janvier 2012

65 % de la vie marine testée positif pour le césium en novembre

.
Japon gov données : 65 % de la vie marine testée positif pour le césium en novembre — Les prises moyennes dépassent les nouvelles limites de rayonnement @ 111 Bq/kg

Et la preuve est apparu que les impacts de la catastrophe sur l'océan Pacifique sont pires que prévu. [...] En novembre, 65 % des captures testées positif de césium (une matière radioactive créée par des réacteurs nucléaires), selon une analyse de la Gazette des données sur le site Web de l'Agence [Japon] de la pêche. [...]
En juillet, les niveaux de césium ont cessé en déclin et est resté bloqués à 10 000 fois au-dessus des niveaux qui reprennent. Cela signifiait que l'océan n'était pas de diluer le rayonnement comme prévu. Si il l'avait été, les niveaux de césium auraient tombé. La conclusion suggérée est que le rayonnement était encore d'être libéré dans l'océan depuis longtemps après l'accident en mars, [océanographe Ken Buesseler, chercheur principal au à but non lucratif Woods Hole Oceanographic Institution de Woods Hole, masse] dit dans une interview. « Elle implique que l'eau souterraine est contaminée ou l'installation est encore en fuite de rayonnement ». Japon gov données montre également qu'il n'y a pas la baisse des niveaux de rayonnement. Dans l'ensemble, un sur cinq des 1 100 prises testées en novembre ont dépassé le nouveau plafond de 100 becquerels par kilogramme. [...] Les données de pêches japonaises semblent soutenir cette conclusion. Loin d'être à la baisse, la contamination des niveaux chez certaines espèces ont été plat ou même rose, l'automne dernier, y compris les espèces que le Japon exporte au Canada comme la bonite, morue, semelle et l'anguille. En novembre, la moyenne des captures japonaises avaient 111 becquerels de césium par kilogramme – au-dessus du plafond de rayonnement nouveau de 100 becquerels par kilo que Japon a annoncé, qu'il mettra en œuvre pour se nourrir ce printemps [...] une augmentation de la moyenne octobre 78 becquerels par kilo [42 % augmentation d'Oct - Nov.]. Bioamplification ? De tels niveaux constamment élevés de rayonnement justifient plus de la surveillance et de la recherche, a déclaré Fisher [Nicholas Fisher, un professeur de sciences de la mer à la State University of New York à Stony Brook]. « Ce n'est pas quelque chose, que nous pouvons facilement écarter. » Les fuites de rayonnement continus de Fukushima pourraient être à blâmer, dit-il. Un autre coupable, a-t-il dit, peut être un phénomène appelé bioamplification – la tendance pour les concentrations de rayonnement d'augmenter chez les espèces qui sont plus loin dans la chaîne alimentaire.

__________________________


La vérité cachée

C'est l'incompétence, l'imbécillité et le crime perpétré par le pouvoir en place qui qualifient la situation dramatique qu'a connue le Japon comme bien d'autres pays de l'hémisphère nord depuis cette date du 11 Mars 2011.
Les révélations arrivent au compte-gouttes.
Il ne faisait pas de doute que d'envoyer de l'eau sur les barres fondues en réacteurs déchapeautés se traduirait forcement par des émissions/transformations immédiates en vapeurs d'eau radioactive. Vapeurs s'élevant dans le ciel pour être transportées via jet-stream vers l'Amérique et l'Europe.
Ainsi, c'est tout l'hémisphère nord de la planète qui a reçu les particules radioactives (y compris les deux océans).
Cette lave incandescente (corium) contenu en fond de réacteur (3000°C) n'a jamais pu être refroidie par de l'eau, car c'est le principe-même de la chauffer par des tubes remplis d'uranium. Elle a donc descendu/traversé le cuvier pour se répandre en sous-sols de la centrale. Donc, a mesure que le corium s'infiltrait vers les nappes phréatiques il répandait moins de chaleur dans la cuve du réacteur. C'est ce qu'ils ont appelé pompeusement "l'arrêt à froid" ! comme si cette action venait d'eux !
Si 'seulement' 65% de la vie marine a été testée positive (en novembre), c'est sans compter les poissons déjà morts depuis longtemps et qui ont fini dans l'estomac d'autres poissons comme dans celui des consommateurs a deux pattes que nous sommes. Quant aux exportations nippones de poissons vers d'autres pays de réemballage...
Effectivement, depuis l'absence de publication des cartes satellites par NILU, rien ne s'est arrangé. Ce n'est donc pas en cachant la vérité ("pas de nouvelles = bonnes nouvelles"!) que peut être conçu la vie comme l'information.
La censure vient des lobbies commerciaux qui entretiennent l'argent au dessus des hommes.

samedi 14 janvier 2012

Le colosse aux pieds d'argile

.
Est-ce que vous vous rendez compte de la vie de ces 'pauvres petits doigts de pieds' ? Ils passent leur vie dans des chaussettes et la nuit sous des couvertures. Et, si par accident, ils arrivent à voir le soleil... c'est sous deux doigts de crème à bronzer passés loin des yeux sous un parasol. Et après çà vous voudriez qu'ils réfléchissent ?! Quand on est enfermé, encachoté toute une existence, et même si les chaussures sont en croco, un pied sentira toujours du pied.

Ainsi, le corps de l'Etat se sert-il des fonctionnaires pour avancer et marcher dans la merde tandis que les mains plus en haut sont elles placées dans des poches. Avec ça et sans parler des ministères du tube digestif où l'on sait tous où ça finit, il pense avant tout faire bombance sans réfléchir et ne se soucier des tremblements de terre qui pourraient survenir en des lieux où justement ils ont construit des centrales. Ainsi, comme il y a eut l'émission (le mot n'est pas trop fort) retransmise en direct le 11 Mars depuis les studios éventrés de 'Fukushima-Ground-Zéro', ont-ils pensé incidemment que ses obsèques de fin d'année (pet à ses cendres) puissent avoir lieu en grandes pompes (c'est là qu'on retrouve les doigts de pied). Or (n'y voyez là 'aucun' rapprochement), les fins de semelles étant plutôt décousues (style 'va-nu-pied') c'est bien dans le caca qu'on a retrouvé 'le talon d'Achille' (avec ou sans accent ?). L'odeur est partout ! (si ce n'était qu'elle...) jusqu'aux résidences "les pieds dans l'eau" !

Parler d'un 'arrêt à froid' (lorsque la neige tombe à présent sur Fukushima) parait être une des suppositions où toutes sont ensevelies 6 pieds sous terre à barboter dans le corium; mais, "l'espoir fait vivre".

Donc, nous voilà revenu au point zéro. 'Petites secousses' du 9 Janvier où les habitants de Fukushima auraient ressenti un déplacement vertical et non latéral comme d'habitude. (scalaire ?).