jeudi 12 janvier 2012

Vers des soirées au coin du feu

.
Malgré que le proche avenir soit encore radicalement tourné vers le nucléaire pour l'approvisionnement électrique permettant de palier à la demande (les constructeurs se dépêchant de vendre des centrales avant que l'ère de l'uranium se termine), son minerai qui devient rare n'aurait pas le monopole de la disparition. Si l'on songe au pétrole (où les exploitants des nappes se refusent encore à l'annoncer abiotique), il disparaîtrait lui aussi dans l'échéance des 4 décennies à venir. Quant à parler de rouvrir les mines de charbon... les ressources énergétiques seraient bien trop coûteuses et insuffisantes pour conserver l'autant-électrique que nous avons aujourd'hui.

Donc, les Dirigeants se braquent maintenant vers des ressources dites 'nouvelles découvertes' que seraient les gaz de shiste en abondance de partout. 'Petits problèmes' de pompage où le manque de pression dans les nappes nécessite l'envoi d'eaux, et, gros problèmes de mélange qui font qu'en toutes logiques que s'il y a de l'eau dans le gaz... il y a du gaz dans l'eau ! D'où les frayeurs de le voir sortir des robinets de cuisines et pommeaux de douches.

Donc, l'avenir de l'énergie électrique ne serait pas florissant ! Ainsi la question reste posée: "de quoi demain allons-nous mourir ?". En principe, si l'ère de l'électricité toucherait à son compte-gouttes voire à sa fin, l'ère du commerce international suivrait également cette courbe descendante. D'où la survivance de pays dans l'autonomie. Donc, la marine à voile et les Montgolfières auraient encore de beaux jours devant elles comme les charrettes à cheval et fardier de Cugnot !

3 commentaires:

Blogger huemaurice7 a dit...

Reuters : "Double de leucémie chez les enfants vivant près des centrales nucléaires françaises" dit une étude du gouvernement —
Le résultat est statistiquement significatif - L'IRSN expert Enfant leucémie en double près de centrales nucléaire françaises étude, Reuters, 11 janvier 2012 :

L'incidence de la leucémie est deux fois plus élevé chez les enfants vivant à proximité des centrales nucléaires en France comme dans ceux qui vivent ailleurs dans le pays, une étude de la santé française et les experts en sécurité nucléaire [INSERM] ont trouvé.
[...] « C'est un résultat qui a été soigneusement contrôlé et qui est statistiquement significatif, », a déclaré Dominique Laurier, chef du laboratoire de recherche épidémiologie à l'organisme de recherche de France la sécurité nucléaire (IRSN).
[...]

http://enenews.com/reuters-child-leukaemia-doubles-near-french-nuclear-plants-says-govt-study-result-is-statistically-significant-irsn-expert

12 janvier 2012 à 18:58  
Blogger huemaurice7 a dit...

Secrétaire au Japon général du gouvernement rit quand il parle sur les problèmes de rayonnement pour enfants — « Ce n'est aucune question de rire », explique législateur (vidéo) Poster ce clip 3 mois, parce qu'il n'était pas connu sur jusqu'à maintenant et peu de mention ont été fait ailleurs. Comité du Budget Chambre haute ??, 29 septembre 2011 ? Akira Matsu, membre de la Chambre des conseillers, dans le régime alimentaire, a parlé de 100 km de la crise qui ne voulait pas que de boire du lait et qui ont été traités comme des enfants présumés traîtres en temps de guerre par leurs enseignants. Secrétaire général du gouvernement Osamu Fujimura et d'économie, de commerce et de ministre de l'industrie Yukio Edano est apparu à rire en réponse. « Veuillez ne pas rire. Il s'agit d'aucune question en riant. C'est comment les gens de Fukushima sont vraiment sentir, a déclaré Matsu.

http://enenews.com/japans-chief-cabinet-secretary-laughs-when-told-about-childrens-radiation-concerns-laughing-matter-lawmakervideo

12 janvier 2012 à 19:22  
Blogger huemaurice7 a dit...

En cas d'accident, EDF risque gros

Comme l'a montré la catastrophe de Fukushima, la responsabilité financière d'EDF devrait être relevée en cas d'accident.
La catastrophe de Fukushima a fait la démonstration, si besoin en était, que la question des réparations, en cas d'accident nucléaire, n'est pas théorique. Les experts estiment à plusieurs dizaines de milliards de dollars le montant des dommages et indemnités que l'État japonais va devoir payer, l'électricien Tepco ne pouvant régler qu'une infime partie.
Rappelant que ces charges incombent, en dernier ressort, à l'État, la Cour des comptes demande que "la France fasse ses meilleurs efforts" pour que les conventions de Paris et de Bruxelles, signées en 2004, entrent rapidement en vigueur, car "elles augmentent sensiblement les plafonds de responsabilité des opérateurs". Ces textes les portent de 50 à 700 millions d'euros. C'est un minimum. En Allemagne, la loi impose aux électriciens une responsabilité illimitée.
latribune.fr - 12/01/2012, 07:00 |

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20120112trib000677470/en-cas-d-accident-edf-risque-gros.html

12 janvier 2012 à 22:43  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil