mardi 28 février 2012

Les 14 & 15 Mars 2011

.
J'attendais (qu'ils publient) cette info depuis presque un an ! "Explosions des réacteurs 3 et 4 jours après le séisme du 11 Mars". A l'observation de la presse qui se dit de 'représenter l'actualité telle quelle' (!), c'eût-été trop difficile d'avouer que le plus grave séisme n'était pas le 11 Mars mais les 14 et 15 ! Et pourquoi donc avoir omis de parler de cet élément importun ?

A la vue sur la planète de la façon dont les centrales sont construites, cela aurait mis en cause la responsabilité des systèmes d'approvisionnement en eau nécessaires à tous réacteurs ! Effectivement, que voyons-nous sur notre globe ? Des tuyaux apparents qui représentent de véritables dangers publics (en cas de séismes comme en cas d'attentats !). Même si ces derniers sont montés sur vérins afin que les supports ne transmettent/répercutent aux systèmes d'approvisionnement en eau que de faibles secousses, rien ne se défend d'accidents ou pire d'actions terroristes !

Ainsi, les vendeurs souriants de centrales atomique, semblent réserver ces propos qu'à des 'options supplémentaires de second ordre', ou pire: à des cas de forces majeures réservés à l'infortune des probabilités suggestionnelles des éventualités qui n'arriveraient pas !

20 commentaires:

Blogger huemaurice7 a dit...

TdT à 10km au Nord de Montélimar

Magnitude: 2.7
L'échelle de Mercalli: 1
Date-Time [UTC]: 28 Février 2012 à 11:18:22 UTC
Date de Local / Heure: Tuesday, Février 28 2012 à 11:18 dans la moorning à l'épicentre
Localisation: 44 ° 38,400, 4 ° 42,000
Profondeur: 2 km (1,24 miles)
Région: Europe Pays: France Distances: 1.11 km (0,69 miles) de Saint-Vincent-de-Barrès,

http://hisz.rsoe.hu/alertmap/read/index.php?pageid=seism_read&rid=231884
______________________________

TdT à 50Km de Gap et proximité du barrage de Serre-Ponçon.

Magnitude: 2.9
L'échelle de Mercalli: 1
Date-Time [UTC]: 28 Février 2012 à 09:01:02 UTC
Date de Local / Heure: Tuesday, Février 28 2012 à 09:01 dans la moorning à l'épicentre
Localisation: 44 ° 29,400, 6 ° 43,800
Profondeur: 2 km (1,24 miles)
Région: Europe Pays: France Distances: 1,29 km (0,80 miles) de Sainte-Anne,

http://hisz.rsoe.hu/alertmap/read/index.php?pageid=seism_read&rid=231878
______________________

TdT à 50Km de Gap et proximité du barrage de Serre-Ponçon.

Magnitude: 2.5
L'échelle de Mercalli: 1
Date-Time [UTC]: 28 Février 2012 à 03:20:12 UTC
Date de Local / Heure: Tuesday, Février 28 2012 à 03h20 dans la nuit à l'épicentre Localisation: 44 ° 28,200, 6 ° 43,200
Profondeur: 2 km (1,24 miles)
Région: Europe Pays: France Distances: 1,51 km (0,94 miles) de Sainte-Anne,

http://hisz.rsoe.hu/alertmap/read/index.php?pageid=seism_read&rid=231856

28 février 2012 à 16:49  
Blogger huemaurice7 a dit...

La France profite de la sortie allemande du nucléaire

le 28 février 2012 écrit par sylvaint

La décision de l’Allemagne de sortir du nucléaire a enrichi la France cette année. En effet, selon une étude du cabinet SIA Conseil, l’Hexagone a récupéré 360 millions d’euros sur neuf mois en exportant son électricité outre-Rhin.
Comme le rappelle SIA Conseil, l’Allemagne a dû « à très court terme combler sa baisse de production en activant principalement ses moyens thermiques, réduire massivement ses exportations et devenir importateur sur certaines frontières ». Cette situation a permis à la France de devenir exportatrice d’électricité, grâce à une forte disponibilité des réacteurs et une faible consommation intérieure liée à un climat doux, alors qu’elle était importatrice jusque là.
En augmentant le volume d’électricité vendue à l’Allemagne entre mars et décembre 2011, la France aurait empoché quelque 360 millions d’euros.
Le cabinet de conseil ajoute que la France « peut encore en 2012 espérer tirer des revenus supplémentaires en exportant vers l’Allemagne ». Cependant, SIA Conseil prévient qu’au final, « les consommateurs européens vont devoir payer la note » de la sortie allemande du nucléaire, « qui, selon l’estimation de certains opérateurs comme EON, avoisinera un surplus de 5 euros par mégawatt-heure sur leur facture d’électricité ».

http://lenergiedavancer.com/la-france-profite-de-la-sortie-allemande-du-nucleaire/2012/02/28/?utm_source=www.nuclear-nucleaire.info&utm_medium=facebook
---------------------------------
"la France aurait empoché quelque 360 millions d’euros." !?
'La France' ? Faut-il attendre un chèque dans la boite-aux-lettres ? ou se contenter de regarder les Dirigeants changer d'avion ?

28 février 2012 à 17:20  
Blogger huemaurice7 a dit...

Chef de la plante: Fukushima nuke plante reste vulnérable

(...) Tuyaux en plastique fissurés par le gel ont été raccommodé avec du ruban adhésif. Un ensemble de trois pompes s'assoit sur le dos d'une camionnette.

Avec les pompes, l'usine a maintenant 1000 réservoirs pour stocker plus de 160.000 tonnes d'eau contaminée.(...)

http://www.deseretnews.com/article/765554844/Plant-chief-Fukushima-nuke-plant-still-vulnerable.html

28 février 2012 à 17:23  
Blogger huemaurice7 a dit...

Tuesday, Février 28, 2012
Ministère de l'Agriculture autorise le riz d'être cultivé dans presque tous les domaines de Fukushima cette année, comme l'an dernier
sauf pour quelques districts où le riz avec un haut niveau de césium radioactif supérieure à 500 becquerels / kg a été trouvé dans les tests de l'an dernier. Eh bien, pourquoi pas ? Le gouvernement n'a pas empêché les agriculteurs de planter du riz à partir de Fukushima l'an dernier, juste après trois explosions (peut-être 4, en comptant Chambre répression du réacteur 2 de) à Fukushima 1 centrale nucléaire qui a libéré 650.000 térabecquerels (équivalent d'iode) de matières radioactives.
Ils ont apparemment dit à quelques agriculteurs réticents que s'ils n'ont pas la culture du riz, ils ne seraient pas compensés (indemnisés). Ainsi, les agriculteurs de Fukushima ont labouré la terre, pêle-mêle le sol contaminé et versé de l'eau dans les rizières et cultivaient du riz. S'ils pouvaient le faire l'année dernière, ils peuvent certainement le faire cette année, et l'année prochaine, et année après année prochaine. Les agriculteurs dans les zones où le riz avec l'année dernière de césium radioactifs entre 100 becquerels/kg et 500 becquerels/kg a été trouvé seront autorisés à cultiver le riz de cette année, même si la limite de sécurité nouvelle pour le césium radioactif dans les aliments sera de 100 becquerels par kilogramme le 1er Avril 2012. Le Ministère de l'Agriculture, des Forêts et des Pêches permettra la culture du riz sur une seule condition que tous les sacs de riz (60 kg par sac) être testé après la récolte. (ostensible) raison ? Alors que les agriculteurs de Fukushima ne sont pas découragés de la culture du riz. (Ne me demandez pas.) De Jiji Tsushin (28/02/2012):
Les agriculteurs peuvent cultiver le riz à Fukushima, même dans les zones qui avaient du riz avec du césium radioactif supérieur à 100 Bq / kg, aussi longtemps que tous les sacs de riz sont testés, dit le Ministère de la réponse à une série de détection dernière année de césium radioactif dépassant la limite de sécurité nationale provisoire (500 becquerels/kg) dans le riz cultivé dans la préfecture de Fukushima, Ministère de l'Agriculture, Forêts et des Pêches a annoncé la politique sur le riz le 28 Février 2012. Les zones où le césium radioactif supérieurs à 100 becquerels / kg, mais est inférieur à 500 becquerels / kg a été trouvé l'année dernière seront autorisés à cultiver le riz tant que certaines conditions sont remplies, y compris les tests de tous les sacs de riz après quantité totale de riz produit dans ces domaines en 2011 était d'environ 30.000 tonnes, soit 10 pour cent de la quantité totale de riz produites à Fukushima Ministre Michihiko Kano a parlé à la presse, «Sécurisation de la salubrité des aliments est notre première priorité", mettant l'accent sur la nécessité de dissiper l'anxiété des consommateurs. Il a expliqué que dans l'établissement de l'examen de nouvelles politiques a été donnée à la forte volonté des agriculteurs à Fukushima pour cultiver du riz.

(suite en dessous):

29 février 2012 à 09:43  
Blogger huemaurice7 a dit...

Nous allons voir si l'essai tous les sacs de riz est même possible, étant donné le manque de matériel de test, même avec un test d'échantillonnage de l'année dernière. Il n'a pas l'air comme ils prétendent même «décontaminer» les rizières dans le tiers médian de rayonnement élevé de Fukushima ("Nakadori"). Nous allons spéculer sur les véritables raisons de la décision prise par le ministère de l'Agriculture:

Ils préfèrent jouer, et si le césium est en dessous de la 100 Bq / kg la limite que le gouvernement n'aura pas à faire quoi que ce soit.
Ils veulent donner aux entreprises pour les entreprises qui font des appareils d'essai de rayonnement et de l'équipement (comme Fuji Electric qui a fait le dispositif de surveillance des rayonnements dans une école de Minami Soma City).
Après tout, ce fut le ministère dont relèvent les fonctionnaires pensé agitant le compteur à scintillation au NaI enquête sur les vaches permettrait de mesurer le rayonnement de la viande avec suffisamment de précision. Ils ne savaient pas que la paille de riz a été introduit dans les vaches dans le cadre du régime juste avant les vaches devaient être vendus. Nous ne pouvons pas, et ne devrait pas s'attendre à beaucoup de réflexion à partir de cette forte (ou autre) du ministère. caveat emptor , mais j'ai l'impression que la plupart des Japonais sont soit tout simplement trop fatigués ou ne se souciant pas plus à ce stade. Disque Relentless par l'administration Kan, puis par l'actuelle administration Noda à répandre des légumes radioactifs, fruits, viandes, poissons, compost de feuilles, de champignons et les journaux faire pousser des champignons sur les débris en cas de catastrophe de chauffage, etc afin que Tohoku (Fukushima, Miyagi, Iwate) "peut récupérer" fait des ravages.

http://ex-skf.blogspot.com/2012/02/ministry-of-agriculture-to-allow-rice.html
-------------------------------
Ca va recommencer cette année comme l'année dernière où les marchands de riz mélangeaient le riz contaminé avec celui qui ne l'était pas afin que la radioactivité soit moins captable aux compteurs Geiger (ce qui ne l'empêchait pas d'y être dedans !!). Ainsi, quelques millions de tonnes partiront vers l'Afrique peut regardante (bonjour les touristes !), comme d'autres pays qui ferment les yeux sur les thès qui n'ont aucune mention d'origine inscrite ! Bizarre, non ?
Exigez: 'Riz de Camargue', uniquement.

29 février 2012 à 09:43  
Blogger huemaurice7 a dit...

L'Agence américaine: des graves, effets sur la santé à long terme posés par des 10 milliSv / an de rayonnements ionisants - l'opportunité de considérablement accru de leucémie, des dommages aux organes, les cancers lors de l'ajout ingestion de radionucléides
Les rayons gamma du site-spécifique et des effets de

contamination radiologique sur le site est localisé dans des domaines spécifiques.
[...] Les niveaux de rayonnements ionisants posent un grave, effet sur la santé à long terme que les expositions peuvent approcher ou dépasser 1 rem [10] millisieverts par an [...]
En outre, lorsqu'il est couplé à l'ingestion possible accessoire de radionucléide boues contaminées [allant de la contamination de 8,3 à 34 pCi / g], ces risques sont augmentées que la dose de rayonnement de la composante de rayonnement ionisant doit être ajouté à la dose de rayonnement de l'ingestion voie.
A ce niveau d'exposition potentielle la chance de leucémie et autres cancers, ou des dommages aux organes est fortement augmentée. [...]

http://enenews.com/us-agency-serious-long-term-health-effects-posed-by-10-millisvyr-of-ionizing-radiation-greatly-increased-chance-of-leukemia-organ-damage-cancers-when-adding-ingestion-of-radionuclides

29 février 2012 à 09:45  
Blogger huemaurice7 a dit...

CNN sur la menace constante de Fukushima de: chef des végétaux révèle plus grand risque est que si quelque chose va mal avec des réacteurs - Pas plus stable maintenant que dans Avril dit le défenseur de l'énergie nucléaire (VIDEO)

Titre: Fukushima 'froides' réacteurs constituent une menace constante
Source: CNN
Date: 29 février 2012

[...] Au cours d'une visite de la centrale nucléaire, le directeur Takeshi Takahashi dit Kyung CNN Lah que le plus grand risque est que si quelque chose va mal avec les réacteurs. Le combustible nucléaire doit être en refroidissement constant. Réservoirs énormes autour de l'eau en attente du site contaminé par des radiations et de trouver plus d'espace pour stocker l'eau est un défi constant.
"Les réacteurs sont ni plus ni moins stable que ils étaient en Avril de l'an dernier," [Michael Friedlander, un ancien exploitant principal à les centrales nucléaires américaines] a dit. "Fondamentalement, ils continuent d'être dépendants d'un alimentation et de soutirage mécanisme de refroidissement et tout peut arriver un autre tremblement de terre pourrait se produire;. Un autre tsunami pourrait se produire." [...]

http://enenews.com/fukushima-chief-tells-cnn-biggest-risk-is-if-something-goes-wrong-with-reactors-no-more-stable-now-than-in-april-says-defender-of-nuclear-power-video

29 février 2012 à 09:46  
Blogger huemaurice7 a dit...

Le Japon est aux prises avec des réacteurs à eau contaminé

Par REDSP DVORAK

OKUMA, le Japon-Près d'un an après le 11 Mars séisme et le tsunami déclenché effondrements triples dans les réacteurs ici, l'apprivoisement de Fukushima Daiichi est devenue en grande partie dans une quête pour contrôler l'eau.

Les journalistes étrangers lors d'une visite du composé Fukushima Daiichi mardi vu des champs de squat, gris réservoirs d'eau; des kilomètres de tuyaux d'orange, noir et gris; une barge AstroTurf couvert complet de l'eau contaminée et le blanc-adaptés travailleurs entassés dans un champ préparer l'espace pour un réservoir d'eau nouvelle.
L'eau est cruciale pour la sécurité et la stabilité de l'usine de Fukushima Daiichi, même après la température des réacteurs est tombé à la fin de l'année dernière à un niveau auquel peu de radioactivité est émis. Exploitant de la centrale Tokyo Electric PowerCo. est encore injecter des centaines de milliers de litres dans les réacteurs tous les jours pour les empêcher de surchauffer nouveau. Parce que l'eau et des eaux souterraines contaminées, maintenant est-fuite des réacteurs à environ 10.000 tonnes par mois, de le nettoyer et le stockage de l'excès est un défi constant.
Lorsque la température descend, comme il est prévu de le faire mardi soir, il ya le problème supplémentaire que l'eau peut geler, éclater des tuyaux, des réservoirs et des tuyaux.
Du Groupe spécial Japon Affiche la vulnérabilité nucléaire Tepco dit les travailleurs ont été l'installation de chauffe-clé et à proximité d'équipements d'emballage avec une isolation des tuyaux, à commencer par les plus importants qui pourraient causer les pires déversements. Pourtant, la société a déclaré des tuyaux gelés probablement causé des fuites dans les 28 Janvier et Février. Dans l'un des pires incidents, plus de 8 tonnes d'eau radioactive fuite d'un tuyau dans le réacteur n ° 4 au début de Février. Tepco dit que l'eau avait un faible niveau de rayonnement, et égouttés dans le sous-sol sans quitter le bâtiment.
"Nous avons pris des mesures pour éviter le gel, à commencer par les installations essentielles comme celles de stockage de l'eau provenant des réacteurs,'' Takeshi Takahashi, directeur Fukushima Daiichi la nouvelle usine, a déclaré aux journalistes mardi au centre de commande de l'usine. Comme une grande partie de l'équipe il ya , M. Takahashi, un homme sérieux l'avenir avec des cernes sous les yeux, était vivant au centre.
Le problème de l'eau n'est pas celui qui va disparaître bientôt: Tepco doit garder baignant les réacteurs nucléaires à eau de refroidissement jusqu'à ce que le combustible est retiré. Et jusqu'à ce que Tepco peut colmater les brèches et les fissures dans la tuyauterie du réacteur et des bâtiments, l'eau contaminée conservera jaillissant. Les responsables estiment qu'il faudra six ans pour colmater les brèches et 25 pour enlever le carburant.
Le cœur des réseaux d'aqueduc Fukushima Daiichi est au sommet d'une colline au milieu du composé, à l'arrière d'un camion bleu. Là, trois pompes envoyer de l'eau se répandre à travers épaisses, noires, tuyaux isolés et dans les trois réacteurs endommagés ci-dessous. A côté de ce camion est un blanc avec plus de trois pompes d'urgence de sauvegarde.

(suite en dessous):

29 février 2012 à 09:48  
Blogger huemaurice7 a dit...

Un troisième camion contient les générateurs diesel de secours qui sont censés alimenter les pompes si l'électricité tombe en panne, comme il l'a fait sur Mars 11 de l'an dernier. A cette époque, les générateurs sur les étages inférieurs des bâtiments des réacteurs ont été détruits par le tsunami. Cette fois, ils sont assez élevées pour sur la colline de sorte qu'ils puissent rester au sec si une autre grosse vague arrive, a déclaré un responsable de Tepco.
Travailleurs de l'usine a poursuivi ses efforts de nettoyage minutieux.
De l'autre côté des réacteurs, pompes aspirer le liquide contaminé par des sous-sols du bâtiment réacteur et l'envoyer à travers une série de bâtiments blancs de blocs, où le pétrole, le césium et le sel sont retirés.
Une installation pour l'élimination du césium a été créé par Kurion Inc Irvine, en Californie, spécialisé dans le matériel si grand qu'il ne pouvait être transporté par un avion spécial russe, les responsables de TEPCO a dit. Un autre a été faite par la France Areva SA, qui est venu avec un système complexe de tuyaux et de vannes qui ont eu 50 soudeurs plus d'un mois de mettre sur pied, Tepco a déclaré. Le système d'Areva n'est pas utilisée actuellement.
Un tiers de césium-retrait installation a été faite par ToshibaCorp Tepco dit que l'on est le système de décontamination principale en cours d'utilisation. Toshiba et soutenir les entreprises de déployer 140 travailleurs à exploiter et surveiller le système d'eau de traitement, et 20 autres pour surveiller le pompage et la circulation, à travers une ligne de 2,5 mile résistants à la pression tuyaux. Tepco a deux ensembles de lignes de secours mis en place ainsi, dans le cas de la ligne principale est bloquée et doit être évacuée.
Une partie de cette eau nettoyé remonte dans le camion au sommet de la colline, pour se dérouté par les réacteurs.
Mais une grande partie de celui-ci est stockée dans le squat, les réservoirs gris qui ont remplacé les arbres qui autrefois cultivaient dans le tentaculaire Fukushima Daiichi compound.The magasin réservoirs d'eau qui a une forte teneur en sels, ce qui peut endommager l'équipement, explique un responsable de Tepco. L'eau à d'autres étapes de traitement sont stockés dans des conteneurs d'autres formes et couleurs. Tepco a la capacité de stocker 165.000 tonnes d'eau contaminée, a déclaré Katsuhiko Iwaki, directeur adjoint du centre de Fukushima Daiichi de stabilisation. Environ 125.000 tonnes d'eau est déjà stocké. La société prévoit d'étendre la capacité à environ 205 000 tonnes, a t-il dit.
Fukushima Daiichi a également un conteneur flottant pour l'eau contaminée. "Il ya Megafloat'', a déclaré M. Iwaki, pointant vers un grand plat recouvert de AstroTurf barge tranquillement ancré dans la mer par le côté du réacteur n ° 1. La barge a été créé à l'origine pour être un quai de pêche flottant pour la ville sud-ouest de Shizuoka.

http://online.wsj.com/article/SB10001424052970203833004577251150563609254.html?mod=googlenews_wsj&utm_source=www.nuclear-nucleaire.info&utm_medium=facebook

29 février 2012 à 09:49  
Blogger huemaurice7 a dit...

Fukushima, un an après : un reportage exceptionnel de la Télévision Suisse Romande

Quelques infos relevées dans cette perle rare :

18 000 ouvriers temporaires employés depuis 1 an sur de courtes périodes. Pourtant : « Il n’existe pas de liste précise des ouvriers passés par la centrale »
Yukiteru Naka, un des ingénieurs responsable de la construction de la centrale de Fukushima (qui se ballade dans la zone contaminée sans combinaison, ni gant, ni masque !) : « L’accident de Fukushima aurait pu être évité dans une large mesure. »
« Décontaminer les zones marines est impossible. »
« Pourquoi décontaminer des sols alors que la centrale continue de rejeter des particules radioactives dans l’atmosphère ? » se demande le journaliste.
« Le nucléaire est un bon moyen de mesurer le niveau de maturité démocratique d’un pays. Un pays qui se dote d’une industrie nucléaire tend à devenir un état policier car il ne vous laissera jamais voir ce qui se passe dans ses centrales. »
« A Koryama, ville de 300 000 habitants, à 60 km de la centrale de Fukushima, la radioactivité est aujourd’hui plus élevée que dans la zone. » (...)

http://www.centpapiers.com/fukushima-un-an-apres-un-reportage-exceptionnel-de-la-television-suisse-romande/95820

29 février 2012 à 09:51  
Blogger huemaurice7 a dit...

Officiel : Usine de nuke Fukushima toujours vulnérable

OKUMA, Japon (AP) – La centrale dévastée de Fukushima au Japon reste fragile presque un an après qu'elle ait subi plusieurs effondrements, son chef, a déclaré mardi, avec équipement de fortune — certains ont réparé avec du ruban — systèmes cruciaux en cours d'exécution.

Un rapport indépendant, a révélé dans l'intervalle, que le gouvernement a minimisé le danger complet dans les jours après la catastrophe du 11 mars et secrètement considéré comme évacuer Tokyo.
Une visite de la centrale de Fukushima Dai-ichi journalistes mardi, dont un journaliste de l'Associated Press, a vu froissés camions et l'équipement toujours allongé sur le sol. Un pylône de puissance qui s'est effondré dans le tsunami, coupant l'électricité à de l'usine vital système de refroidissement et déclenchant de la crise, est resté un mess déformés.
Fonctionnaires dit le pire est passé, mais la plante reste vulnérable.
« Je dois avouer que c'est encore plutôt fragile, », a déclaré le chef d'usine Takeshi Takahashi, qui a pris le poste en décembre, après la démission de son prédécesseur pour des raisons de santé. « Même si la plante a atteint ce que nous appelons les "conditions de l'arrêt froid", il encore provoque des problèmes qui doivent être améliorés. »
En décembre, le gouvernement a annoncé que trois réacteurs ont fondus à l'usine de fond se sont stabilisé et que la libèration de rayonnement avait chuté. Il faudra encore des décennies pour démanteler complètement la plante, et il ne faut pas stable jusqu'alors.
Les opérateurs ont installé plusieurs alimentations de sauvegarde, un système de refroidissement et l'équipement pour traiter des quantités massives d'eau contaminée qui fuyaient des réacteurs endommagés.
Mais l'équipement qui sert à la bouée de sauvetage du système de refroidissement est scandaleusement faible allure. Tuyaux en plastique fissuré par les températures de congélation ont été réparé avec du ruban adhésif. Un ensemble de trois pompes est posé à l'arrière d'une camionnette.

Avec les pompes, l'usine a maintenant 1 000 réservoirs pour stocker plus de 160 000 tonnes d'eau contaminée.

Les niveaux de radiation dans le réacteur de l'unité 1 sont tombés, permettant aux travailleurs de réparer certains dommages au bâtiment réacteur. Mais, le réacteur de l'unité 3, dont le toit a été emporté par une explosion d'hydrogène, ressemble à un cendrier rempli d'un tas de mégots de cigarettes.
Un dosimètre enregistre le rayonnement plus haut lecture extérieure unité 3 au cours de la tournée du mardi — 1,5 millisieverts par heure. C'est une amélioration majeure de l'année dernière, quand jusqu'à 10 sieverts par heure ont été enregistrés près des unités 1 et 2.
Exposition à plus de 1 000 millisieverts, ou 1 sievert, peut provoquer des maladie de rayonnement notamment nausées et un risque élevé de cancer.(...)

http://www.usatoday.com/news/world/story/2012-02-28/japan-nuclear-plant/53294626/1?csp=34news

29 février 2012 à 09:57  
Blogger huemaurice7 a dit...

Gouv Français: 15 principaux incidents de fuites de radioactivité à Fukushima - Seuls 408.000.000-milliards de becquerels d'iode-131 libérés dans l'air - césium au niveau 1/3 de Tchernobyl - une contamination chronique et durable

«chronique et durable" contamination Fukushima: agence française
Source: AFP
Auteur: Laurent BANGUET
Date: 28 février 2012 à 14h00 HE

Les niveaux de contamination radioactive de l'usine du Japon estropiée Fukushima nucléaire ont fortement chuté depuis l'accident, mais elle sera «chronique et durable" pour de nombreuses années, un chien de garde français a déclaré mardi.
[...] Didier Champion, directeur de crise à l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) [a dit]: «Aujourd'hui, et pour de nombreuses années à venir, nous aurons une situation de contamination chronique et durable de l'environnement." [...]
"Il y a des risques de l'exposition chronique à faible dose, et sans les soins de ce qui peut s'accumuler au fil du temps», a t-il averti.
[...] L'IRSN a déclaré [...] l'impact sur la population civile sur le long terme, et sur les travailleurs d'urgence et employés de l'usine, demeuraient floues.
Par les chiffres
L'IRSN a déclaré que les fuites de radioactivité principales ont eu lieu entre le 12 et le 25 Mars dans environ 15 incidents, "dont la plus grande a probablement eu lieu avant Mars 15"
Estimation provisoire, 408 peta becquerels, ou les 408 millions de milliards de becquerels, de l'iode radioactif avait été émis dans l'air soit 10 fois inférieur à celui de l'accident de Tchernobyl 1986
Le Césium de toutes sortes libéré à Fukushima a été estimé par l'agence à 58 peta becquerels, soit trois fois moins que celle de Tchernobyl
Césium 137 ont représenté 21 peta becquerels des
Sur les quelque 24000 kilomètres carrés (9.200 miles carrés) de terres contaminées par le césium 137
seulement 600 kilomètres carrés (230 miles carrés) d'avoir contrevenu à un seuil de sécurité de 600.000 becquerels par mètre carré
Cependant, il ne restait plus "hot spots" de la contamination, jusqu'à 250 km (156 miles)
Titre: Institut de radioprotection et de Sûreté Nucléaire - Wikipedia, l'encyclopédie libre
Source: Wikipedia
L'Institut français de radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) ("Radioprotection et de Sûreté Nucléaire Institut») est un établissement public officiel [...] placé sous l'autorité conjointe du ministre de la Défense, le ministre de l'environnement, le ministre de l'Industrie et de la Santé et ministre de la recherche.
France: 20 fois plus de césium a été libéré de Fukushima en mer que TEPCO l'affirme le 28 Octobre 2011

http://enenews.com/french-govt-15-main-incidents-of-radioactivity-leaks-at-fukushima-only-408-million-billion-becquerels-of-iodine-131-released-into-air-contamination-chronic-and-lasting
-------------------------------
Bêh oui, c'est comme pour le riz: les Becquerels s'additionnent, ils s'accumulent sans être éliminés. Et, cet ajout sera lourd pour certains.
Après Tchernobyl où le président socialiste avait fait croire que les nuages s'étaient arrêté aux frontières, voici qu'arrive un 'nouvel organisme' qui peut dire ce qu'il veut après la censure des cartes NILU qui affichaient le déplacement de la radioactivité sur toute la France.

29 février 2012 à 10:05  
Blogger huemaurice7 a dit...

Fukushima-city : les chiffres et la FAQ de la contamination
19/02/2012

Q : Pourquoi de telles variations dans les relevés ?

R : La contamination n'est non seulement pas homogène (elle forme fréquemment des tâches ou hotspots) mais ces zones se déplacent fréquemment par des effets de re-concentration induits par le vent, la neige, la pluie et l'écoulement de l'eau

Q : 350 Millions de Becquerels au km2 de radio-césium, ça représente quoi ?

Chut ! C'est un grand secret nucléaire ! Sérieusement, pour tenter de comparer, après la catastrophe de Tchernobyl, la limite de zone radioactive "n°. 4" était fixée à 37 KBq/m2 de radio-césium soit 37000 MBq/km2 ; nous atteignons ici 350 MBq/km2 le 15 février soit environ 100 fois moins

Q : A quelle distance de la centrale de Fukushima-Daiichi ce relevé est-il effectué ?

R : Fukushima-city, 300.000 habitants, est située à 62 Km au Nord-Ouest du site accidenté

Q : Quelle a été l'activité maximale de césium détectée à cet endroit (Fukushima-city) ?

R : Le chiffre de 350 MBq/km2 relevé le 15 février 2012 correspond approximativement à l'activité maximale constatée à cet endroit depuis le début de la catastrophe nucléaire

Q : Pourquoi un tel pic d'activité surgit-il 1 an après la catastrophe ?

R : La durée de demi-vie du césium-137 fait qu'il faudra des centaines d'années avant que l'activité ne disparaisse ; la période du Cs-134 est environ 10 fois moins élevée (2 ans contre 20 ans)

Q : Pourquoi alors un tel rapport Cs-137 / Cs-134 une année après la phase aiguë de l'accident ?

R : Excellente question ! Soit le site "crache" encore beaucoup de césium-134 "frais", soit la dispersion des 2 isotopes du césium est différente, ce qui ne semble pas logique car leurs caractéristiques physiques sont proches...

http://www.gen4.fr/blog/2012/02/fukushima-city-les-chiffres-et-la-faq-de-la-contamination.html#tp

29 février 2012 à 13:04  
Blogger huemaurice7 a dit...

Corium (nuclear reactor)

http://www.enotes.com/topic/Corium_(nuclear_reactor)

L'AK-47 a été utilisé pour séparer des morceaux du haut rayonnement interférant avec l'électronique, pour l'analyse. !

http://www.enotes.com/topic/AK-47

29 février 2012 à 13:05  
Blogger huemaurice7 a dit...

Il n'y a pas qu'à Minamisoma qu'il y a des retombées. La préfecture de Fukushima communique encore un pic de radioactivité pour le césium, avec un total de 349 MBq/km² pour la période 15-16 février 2012, contre 8,98 MBq/km² la veille.

lien :

http://www.pref.fukushima.jp/j/koukabutsu51.pdf

http://www.forum-rpcirkus.com/t2129p1035-les-informations

29 février 2012 à 13:06  
Blogger huemaurice7 a dit...

Les scientifiques: Beaucoup plus de césium relâché qu'on le croyait auparavant

. A 40.000 milliards de becquerels ahurissants de césium radioactif, ou deux fois le montant précédemment pensé, peut-être vomi par les estropiés Fukushima n ° 1 centrale nucléaire après la catastrophe du 11 Mars, les scientifiques disent

Michio Aoyama, un chercheur senior à l'Institut de recherche météorologique, publié le constat lors d'un symposium scientifique de Tsukuba, Ibaraki Prefecture, le 28 février. Ce chiffre, qui représente environ 20 pour cent de la décharge au cours de 1986 en cas de catastrophe nucléaire de Tchernobyl, est deux fois plus grande que les estimations antérieures par les institutions de recherche à la fois au Japon et à l'étranger. Il a été calculé sur la base de la teneur en eau de mer radioactifs prélevés à 79 endroits dans le Pacifique nord et est pensé pour refléter plus fidèlement la réalité que les résultats des simulations précédentes. Les scientifiques pensent que l'ordre de 30 pour cent des substances radioactives rejetées lors de la crise a pris fin sur la terre ferme, tandis que le reste est tombé sur la mer. Il est donc particulièrement difficile d'évaluer avec précision le montant total des matières radioactives rejetées. Ainsi, les données maritimes est essentielle pour le processus. Les scientifiques ont mesuré les concentrations de césium dans l'eau de mer à partir de Avril et mai de l'année dernière. Ils ont ensuite utilisé un modèle de diffusion dans l'atmosphère et les océans afin d'évaluer la quantité totale de césium relâché. Le calcul des estimations de becquerels quadrillion 30-40. Les chercheurs ont également estimé que 24-30 becquerels quadrillions de que le césium a atteint la mer. qui combine la pour cent à peu près 70 de la décharge totale, qui est supposé avoir atteint l'océan, et le teneur en césium de l'eau radioactive que Tokyo Electric Power Co., l'exploitant de centrale nucléaire, libéré de l'usine à la mer. Alors que la dernière étude a déclaré 15-20 becquerels quadrillions de césium-137 a été libéré dans l'atmosphère, l'Agence japonaise de l'énergie atomique a estimé le montant à 8,8 becquerels quadrillions. Des données similaires publiées par d'autres chercheurs à la fois au Japon et à l'étranger ont varié entre 7 et 35 quadrillions becquerels quadrillions.

http://ajw.asahi.com/article/0311disaste...1202290025

http://lunaticoutpost.com/Topic-Fukushima-Disaster-Thread-Rolling-Updates?page=1639

29 février 2012 à 13:22  
Blogger huemaurice7 a dit...

Tama rivière du poisson contaminé

Avoir la saison d'ouverture pour la truite et la pêche l'omble dans Mars, chaque gouvernement local est de mesurer le niveau de rayonnement de poissons. Comme le résultat, il s'est avéré que les poissons dans la rivière Tama, Sagami rivière, et d'autres grands fleuves dans la région de Kanto sont contaminés. Iwate Satetsu rivière (japonais vandoise) 240 Bq / Kg Yasaku rivière (japonais vandoise) 225 Bq / Kg Tochigi Kobyaku rivière (Char) 269 Bq / Kg Arakawa (truite) 224,9 Bq / kg de Tokyo Tama rivière (truite) 81 Bq / kg Kanagawa Sagami rivière (truite) 33 Bq / Kg Sakawa rivière (truite) 27 Bq / Kg Gunma Sakura rivière (truite) 299Bq/Kg Numão rivière (truite) 336 Bq / Kg

http://fukushima-diary.com/2012/ 02/tama-...taminated /

----------------------
9,16 microSv / h, hôpital de la ville de Kashiwa, sur un tas de poussière, le sable et de mousse

le 26 février 2012, j'ai mesuré le rayonnement à "l'hôpital Kashiwa ville" de Kashiwa ville, Chiba Pref, Japon. Le moniteur indique 0,31 Sievert par heure en micro l'air à hauteur de poitrine. 9.16 au niveau du sol, sur un tas de poussière ou de sable et de mousse retirés des locaux de l'hôpital. 200m à partir de l'hôpital, Il ya un site d'enfouissement des ordures Cendres de Kashiwa ville. Les matières radioactives sont condensés dans les cendres des ordures. Kasiwa ville mis 25 tonnes de tels cendres hautement radioactifs sur le site pollué, 200 à partir de cet hôpital et les écoles de Mars, Avril, Mai et Juin 2011. Hautes chiffres radioactives ont été suivis dans ces zones. chiffres Monitorinig en site d'enfouissement sont présentés sur le site officiel de la ville de Kashiwa .
-------------------------

13,67 microSv / h, de la boue du chemin School, ville Date Ryozen machi Shimooguni zone

Le 18 Feb 2011, j'ai mesuré le rayonnement dans Shimooguni aea, Ryozen machi, ville Date du département de Fukushima au Japon. Le moniteur indique 1,72 Sievert par heure micro dans l'air à hauteur poitrine , 13,67 dans la boue bord de la route. L'endroit est à 400m à partir monitorinig Oguni elementaly l'école de la ville date, sur sa route shool. 55km de Fukushima Daiichi centrale nucléaire. Instrument de mesure est faite de l'Ukraine, ECOTEST MKS-05.

http://lunaticoutpost.com/Topic-Fukushima-Disaster-Thread-Rolling-Updates?page=1639

29 février 2012 à 13:23  
Blogger huemaurice7 a dit...

La radioactivité de Fukushima est découverte dans des échantillons prélevés à Bennington (VT)

Par BOB AUDETTE / réformateur du personnelreformer.com

Mercredi Février 29, 2012

Brattleboro - Mesures prises à l'USGS «Bennington nationale des dépôts atmosphériques station de prélèvement programme a montré des traces infimes de matières radiologiques qui ont été produites à la suite de la catastrophe dans le complexe nucléaire de Fukushima au Japon.
Selon le Service géologique des États-Unis, à Denver, le césium-134 et le césium-137 ont été trouvés dans l'eau de pluie collectée à la station d'échantillonnage, mais à des niveaux bien inférieurs à ceux découverts dans les stations d'échantillonnage sur la côte Ouest et dans les Montagnes Rocheuses.
"Le dépôt a en fait diminué de la masse d'air parcouru d'est en ouest», a déclaré Greg Wetherbee, un chimiste USGS.
Scientifiques USGS détecté l'iode -131, le césium-134 et le césium-137, les produits primaires radioactives rejetées lors d'un incident tel que Fukushima.
Dans le Vermont, le césium-134 a été mesuré à .86 picocuries par litre et le césium-137 a été mesuré à 3 picocuries par litre. Pas d'iode a été découvert dans des échantillons prélevés dans le Vermont.
Un picocurie est un millième de milliardième de curie. Un curie est égal à la radioactivité d'un gramme de radium-226.
L'USGS ne pas tester les niveaux de matières radioactives dans la flore et la faune.
«Notre étude était strictement la pluie et la neige dépôt entre Mars 15 et Avril 5, 2011," a déclaré Wetherbee, le chimiste USGS.
L'USGS n'est pas un problème de santé affecte-organisme, cependant, a dit Wetherbee, «Ce que nous avons dit, c'est les montants que nous avons mesurés étaient similaires à ceux mesurés par l'EPA, qui a caractérisé ces niveaux comme étant bien en dessous des niveaux de préoccupation de la santé publique. "
Dans son propre échantillonnage, le "Vermont Department of Health" a utilisé d'autres stations de surveillance autour de Vermont Yankee centrale nucléaire et une station d'échantillonnage de l'air à Burlington pour mesurer les effets de Fukushima.
Il a conclu que les niveaux étaient "des centaines de milliers de fois inférieurs aux montants que nous éprouvons dans la vie quotidienne."
Les rapports sont déposés en ligne à healthvermont.gov/enviro/rad/japan2011.aspx .

(suite en dessous):

29 février 2012 à 14:21  
Blogger huemaurice7 a dit...

DOH, l'Agence des Ressources naturelles et de l'Agence de l'Agriculture, de l'Alimentation et marchés sont la poursuite de la collecte d'échantillons de la surface et l'eau potable, le lait, la végétation et produits de l'érable.
Mark Nilles, un hydrologue à l'USGS, a déclaré que les niveaux détectés à la station d'échantillonnage du PNDA ont été très faibles.
"Quand cela va dans l'approvisionnement en eau de surface que ça va être encore plus diluée," a t-il dit.
Nilles a déclaré l'échantillonnage a été considéré comme «vérité terrain pour la modélisation et la prévision" résultant dans les chiffres, plutôt que d'avoir à utiliser la modélisation par ordinateur.
Normalement, les stations d'essai du PNDA sont utilisés pour mesurer les pluies acides et les polluants tels que l'azote, le mercure et d'ammoniaque. La station de Bennington a été mis en place en 1981, trois ans après le réseau national a été établi.
«Le réseau n'a pas été mis en place pour tester des matériaux radiologiques», a déclaré Wetherbee. "Nous avons fait cela en réponse à l'incident. Ce fut certainement une étude qui s'étendait notre capacité. Nous étions très bien réussi à faire preuve de souplesse en étant capable de générer des études significatives."
Les stations du PNDA ont été utilisés pour mesurer les retombées à la suite de la catastrophe de Tchernobyl en 1986.
La déposition en Europe suite à la catastrophe de Tchernobyl est 10 fois plus élevée que les dépôts aux États-Unis à partir de Fukushima, a déclaré Wetherbee.
Ayant ces données en main aidé l'USGS comparer les retombées de la catastrophe de Fukushima.
"Aux Etats-Unis, le césium-134 et le césium-137 des valeurs de dispersion humides étaient plus élevés que pour les retombées de Tchernobyl en partie à cause des États-Unis étant en outre sous le vent", a déclaré Wetherbee. «Avec Tchernobyl, il y avait plus de possibilités pour la dispersion du panache."
Le 11 Mars 2011, un tremblement de terre de magnitude 9,0 centré large de la côte Pacifique du Japon a déclenché un tsunami et une vague de 14 mètres de marée qui ont inondé une grande partie de la côte nord du Japon.
Avec les inondations résultant massive, la Fukushima Dai-ichi centrale nucléaire a été laissé sans énergie électrique principale ou de secours et de l'eau de refroidissement ainsi, ce qui conduit à l'échec catastrophique parmi ses six réacteurs nucléaires.
Les explosions subséquentes ont amené à une décharge d'un mois de matières radioactives dans l'atmosphère, qui s'est depuis propagée dans le monde entier. Selon l'USGS, il est estimé qu'il a fallu 18 jours pour les particules radioactives de Fukushima fassent le tour de la terre.

http://www.reformer.com/localnews/ci_20067151

29 février 2012 à 14:22  
Blogger huemaurice7 a dit...

Si la radioactivité a diminué près de Montreal (voir ci-dessus), il n'en est pas de même en Norvège où les rapports montrent bien que les coffrages 'Made in Popof' de Tchernobyl sont similaires à ceux aujourd'hui de la TEPCO.
------------------------------

«Impensable»: Rapports de surfaçage de moutons radioactifs dans certaines parties de la Norvège contenant 4000 Bq / kg

Titre: Tchernobyl continue d'affecter la Norvège

Source: The Foreigner
Auteur: Michael Sandelson
Date: 21 février 2012

Aujourd'hui, les rapports ont fait surface que quelques moutons dans certaines parties de la Norvège contiennent 4000 Becquerel par kilo de viande, près de six fois supérieure à celle recommandée par l'Autorité norvégienne de la radioprotection (NRPA) fonctionnaires.
Magnar L'Autorité norvégienne de sécurité alimentaire de Grudt dit NRK, «C'est bien au-dessus de la limite permise pour le commerce de la viande. 600 Becquerel par kilo au maximum sont autorisés pour les moutons. "[...]

"[...] Nous n'avons jamais pensé que nous allions encore être mesure de la radioactivité chez les moutons aujourd'hui. C'est impensable."

http://enenews.com/unthinkable-reports-surfacing-of-radioactive-sheep-in-parts-of-norway-containing-4000-bqkg

29 février 2012 à 14:33  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil