Eagle IV

dimanche 31 octobre 2010

Les Démocrates de Virginie offrent une bière aux électeurs...

http://weaselzippers.us/2010/10/29/virginia-democrats-offer-free-beer-to-voters-shocked-to-find-out-its-illegal/

samedi 30 octobre 2010

L'encre sale des machines

.
Si, l'Admistration a - au départ - été créé pour faciliter la vie des citoyens, cela n'est plus "aujourd'hui" qu'un très lointain souvenir, tant qu'elle soit revêtue de l'uniforme ou pas peut représenter une source à problèmes. Et cela n'est point faute d'avoir multiplié les postes xxx fois plus importants que les administrés ! Si chaque fonctionnaire représente un problème, la solution toute faite est de.

Ainsi, les présidents, ministres, députés et sénateurs (pour ne citer que ceux-là) sont des fonctionnaires auxquels leur changement de qualité n'a pas empêché d'en être. Et, qu'en - projection de science-fiction - s'il y avait un pays peuplé que de fonctionnaires, la balance commerciale et les pouvoirs de gestion y seraient très proches du burlesque. En quoi, les autochtones indigènes originaires du crû en des savanes équatoriales comme en des régions froides désertifiées proches des pôles auraient bien des modèles de gestion et qualité de vie a nous montrer ! Et en plus, ils ne connaissent même pas les dernières facéties d'Oprah Winfrey, de Berlusconi ou Lady Gaga ! C'est tout dire !

Donc, à la vie des fouteurs de m... qui grattent les papiers jusqu'à en faire des trous, la tendance serait de s'en défaire d'un bon fonctionnairicide supprimant le cafard ! (grand chef a parlé.). Ainsi, si la fonction venait à disparaître, ils se retrouveraient en des lieux d'asiles où - l'hospitalité y faisant défaut - chacun d'Entr'eux (ou de Copenhagate-les-banksters) s'élirait chef et recréerait dans sa 'tête' les bons moments de la corbeille à papiers comme ceux passés devant la machine à café à faire valoir ses intentions d'en estourdir plus d'un.

Je crois bien qu'il serait plus que temps de débrancher aussi la photocopieuse !

vendredi 29 octobre 2010

L'affolement mondial de tous les séismographes le 25 octobre 2010

mercredi 27 octobre 2010

L'excretophore du jour

.
C'est vrai qu'en partant du principe que tout ce qui est vivant mange, boit, respire et croît, il est d'une particularité dans la nature que les arbres faisaient jusqu'alors exception en matière de rejet. Donc, si les humains et les animaux défèquent, pourquoi les arbres se retiendraient-ils ? (constipation ?). C'est ainsi qu'est apparu le terme d'excretophore pour désigner dans la physiologie des plantes l'action de chier chez les arbres.

Les arbres a feuilles caduques attendraient l'automne pour faire 'la grosse commission' sous forme de feuilles. C'est peut-être aussi le cas des écorces et des branches mortes comme le sont chez les humains les cheveux qui tombent et peut-être aussi les dents. Donc, chacun dans sa vie élimine ses déchets comme il peut. Or, les déchets (urines, excréments) sont des éléments qui 'apparemment' sont inutiles à la construction du corps. Mais, pour en revenir aux plantes, en quoi ces dernières seraient-elles gênées de foutre leur poubelle... dans les fruits ? (Ne sont-ils pas eux aussi destinés à tomber ?). Les maladies comme les formes bizarre parfois de certains fruits peuvent prêter à réflexion.

S'il est évident que les arbres n'attendent pas l'automne pour 'déféquer', où mettent-ils donc leurs déchets tout au long des mois ? La vue des branches mortes sur un arbre est toujours apparu comme étant des victimes de maladies ou/et d'attaques de bestioles qui en auraient pénétré l'écorce. Or, à l'observation d'une branche morte que peut en dire le médecin légiste, que 9 fois sur 10 il n'y a pas le feu au lac et qu'elle est morte, voilà tout. "Morte" ? Morte de quoi ? Pourquoi la maladie qui en serait la cause ou les acariens n'ont-ils pas poursuivi leur destruction jusqu'au tronc ? La branche est morte d'un excès de toxines. Ainsi donc, l'arbre se débarrasserait-il des substances impropres à son organisme en sacrifiant une partie de lui-même.

Pareillement, à l'automne venu, l'arbre s'apprêtant à entrer en hibernation va modérer sa respiration et croissance et va diriger volontairement des toxines dans toutes ses feuilles pour s'en séparer afin de ne pas souffrir des rigueur de l'hiver puisqu'elles sont exposées au premier chef. Ce qui révélera une intelligence en l'absence visible de toute présence de cerveau ! Car, où peut-il trouver autant de toxines d'un seul coup pour empoisonner toutes ses feuilles et sans en altérer la santé de ses branches ou racines ? Stocke t-il précédemment quelques savants 'bouillons d'onze heures' pour se préparer au 'hara-kiri' automnal ?

Observons maintenant la couleur générale: fèces marrons (humaines, animales, arboricoles). L'absence d'odeur nauséabonde chez la feuille morte ne justifie en rien sa consommation. Donc, l'enfouissement de ces déchets toxiques dans la terre 'pour en faire de l'humus' serait à proscrire. D'où l'obligation pour décontaminer un sol d'en enlever les feuilles tombées (si les carottes ou épinards contiennent du fer, chaque récolte en ôtera un peu du sol comme l'or de la prèle).

Chaque plante dans la nature consomme différemment et leur rejet divers n'ont pas forcément d'affinité avec la nocivité pour d'autres. Donc, la mort serait d'être emporté par un mystère.

mardi 26 octobre 2010

Côte d'ivoire

Tungstène & Cie

.
Bon. Disons-le tout net comme il en est: le sens directionnel fait défaut. Et, s'il en est de quelques aventures sur Internet où chacun des Internautes fait partie du gouvernement, l'inverse n'est que peu probable en palais présidentiel. "Sens directionnel" étant conjugué au 'bordel du monde' qui montre bien que 'le comment s'en sortir quand on a qu'une planète' dépasse de quelques cheveux ceux qui sont au pouvoir. Quant au valeureux 'sens décisionnel', qui appartient au premier abord au choix des armes et des trous de balles qui l'ont voté, s'il y a 'carton plein et à-3-je-débarrasse', il ne fait que pâle figure même si demain ils déménagent. "Hop-hop ! La caisse reste là !"

Reconnaissons tout de même que, si les syndicats ont été créé en périodes d'analphabétisme prononcé voire chronique et d'incompétence notoire en communication, l'heure n'est plus au cas, et que, leur implantation forcée en entreprises pousse à la question subsidiaire de l'intérêt. L'intérêt y est certes gouvernemental de 'voir' ce qui se passe chez les producteurs-travailleurs, et les rapports fait par les syndicats ne sont là que de l'espionnite. Espionnage = prise de pouvoir. L'heure n'est plus à rediscutailler sur les méthodes, les résultats (plusieurs milliards de perdus en toutes branches), mais bien à l'objectif 'caché' de tels organismes. Au sujet de 'la réforme des retraites', rien ne justifiait le blocage des dépôts de carburants pas plus qu'il ne pourrait y avoir d'interdiction d'accès à la poissonnerie du coin, car cela touche uniquement les usagers (usagers, entendez par là tous les transports de marchandises vers tel ou tel commerce, comme tous les réservoirs de véhicules de particuliers) et non les dirigeants qui n'en n'ont rien à foutre de tels 'incidents' vu qu'ils se déplacent en hélicoptères ou avions privés depuis des réservoirs mis à l'abri en cas de.

Toujours est-il que les organismes syndicaux qui battent pourtant les couvertures des médias avec xxx directives, conseils et menaces, n'ont jamais été fichu de montrer d'eux-mêmes l'exemple en créant une ou des entreprises comme modèles ! (salaires doublés/triplés, 25 ans de cotisations, 30 h par semaine, etc). Qu'ont-ils fait des entreprises mettant la clé sous la porte ? Des "Manufrance 2" !

Incapables de montrer l'exemple qu'ils prônent aux autres ! Pareil pour les gouvernements & chef d'Etats qui ne sont pas disposés à copier la gestion de pays qui marchent bien dans le monde, mais appliquant des politiques de pays en faillite en programmant 'de faire mieux qu'eux' !

Il en est ainsi depuis des décennies où ils se réfugient dans des contraintes qu'ils ne dénoncent, avec notamment, le tirage des billets de banques qui est désormais l'affaire des banques ! (entreprises privées et extérieures à toutes élections !!). Bien loin ce temps où toutes réserves d'or correspondaient à l'argent en circulation. Aujourd'hui, c'est tungstène & Cie. De la photocopie qui ne veut plus rien dire et n'a plus de valeur sinon en remboursement de la dette abyssale !

lundi 25 octobre 2010

EFFET de SERRE - GAZ CARBONIQUE et OXYDE d'AZOTE

.
Il ne faut jamais parler du CO2 sans en connaitre les propriétés physiques, chimiques et biologiques, comme dans les journaux

EFFET de SERRE - GAZ CARBONIQUE et OXYDE d'AZOTE.

Du mouvement perpétuel, au "bogue" de l'année, 2000, en passant par la pompe à chaleur, on est arrivé à l’effet de serre. «Des Scientifiques ont dit» c’est la locution préférée de nos informateurs pour propager les pires bêtises.

Les lois de la physique sont souvent difficiles à comprendre.

L’équation caractéristique des gaz les imagine parfaits.

Les lois de Dalton sont souvent mal assimilées.

Quand à la thermodynamique, elle est si mal perçue qu’au 21éme siècle on peut construire une merveilleuse chaudière atomique, mais ce n’est que pour faire marcher les machines de Denis Papin (1690) ou, mieux, de FULTON. Nos automobiles continueront encore longtemps à utiliser les inventions du 19éme siècle sous le nom de cycle de Beau de Rochas (1862), popularisé par le moteur à quatre temps. L'électronique, en l'améliorant, ne sera jamais qu'un cautère sur une jambe de bois.

Les Scientifiques de bureau ont encore beaucoup d’avenir dans leurs prévisions qui ne sont étayées ni par des mesures, ni par des statistiques, ni par des expérimentations sérieuses. Leur invention d’effet de serre, provoqué par l’accumulation du DIOXYDE de carbone (avouez que cela a plus d’allure que le gaz carbonique) dans l’atmosphère, les ferait recaler au Certificat d’Etudes Primaires s’il existait encore.

Sans aller jusqu’à un tel niveau de culture scientifique, limitons au cours moyen des années 1957 et suivantes, notre bibliographie.

Qu’ils essaient d’extraire le gaz carbonique accumulé au fond d’une cave de fermentation. Ils constateront que pour le soulever il faut complètement le pomper.

Qu’ils essaient, en soufflant dessus, de le maintenir en suspension dans l’air. Ils verront qu’il est si lourd qu’il retombe en se dissolvant dans la moindre goutte de pluie et dans bien d’autres choses encore.

A la pression atmosphérique un litre d’eau dissout un litre de gaz carbonique.

A « n » fois cette pression un litre d’eau va dissoudre « n » litres de gaz carbonique.

Imaginez ce que peut en absorber l’océan dans ses profondeurs.

Ce qu’en produisent les industries humaines est ridicule devant les volumes émis par les respirations, les fermentations, les éruptions volcaniques, les calcinations des carbonates de toutes sortes qui constituent une bonne partie de notre planète. Enfin, la consommation du gaz carbonique par les végétaux n’a jamais été mesurée, ni même estimée. Pourtant, c'est la seule source de carbone dont disposent les végétaux pour fabriquer de la cellulose. Vous imaginez tout ce qu'il en faut pour construire un tronc d'arbre.

Avant d’en faire le « vitrage » de notre atmosphère, il serait bon d’en mesurer sérieusement la réelle concentration en fonction de l’altitude.

Il en va de même pour ces fameux oxydes d’azote, du « trou » dans la couche d’ozone et de toutes ces billevesées qui ne reposent sur rien. En effet, nos statistiques sur ces questions manquent manifestement d’ancienneté.

Que dire de cette histoire de niveau des océans qui serait en augmentation ? Est-ce l’eau qui monte ou la terre qui descend ?

Nos misérables existences ont été, de tout temps, victimes de ces conformismes majoritaires, contre lesquels il faut lutter mieux que des moutons de Panurge.

Pour ceux qui doutent encore:

L’azote et l’oxygène sont intimement mélangés pour former l’atmosphère que nous respirons. Leurs densités différentes devraient les dissocier ? Pourquoi n’en serait-il pas de même entre le gaz carbonique et l’air ?

Constats qui ne sont pas des explications.
L’eau et l’huile ne se mélangent pas, l'huile moins dense surnage.

L’eau et l’alcool se mélangent en toutes proportions, malgré des densités différentes.

Pourquoi ? Si l’on ne veut pas être noyés dans un cours de physique, il faudra nous contenter d’une réponse d’adjudant :

« C’est comme cela parce que ce n’est pas autrement.»

Le gaz carbonique n’a aucune affinité avec l’air qui nous entoure. Au maximum, l'air peut en dissoudre trois volumes pour dix milles (3/10000). Au delà de cette concentration, il s’en sépare et « tombe » au fond où tout concourt pour qu’il soit absorbé par l’eau, mais aussi par d’autres minéraux et végétaux.

Il en va de même du fameux oxyde d’azote que nos automobiles sont accusées de produire à l’excès. Or, le véritable producteur d’oxyde nitreux, c’est l’électricité sous tension élevée. Bien sûr, on en trouve un peu aux électrodes des bougies d’allumage des moteurs à explosion.

Les aigrettes bleues qui s’échappent des isolateurs des lignes à haute tension en produisent un peu plus. Par temps humide, on en sent l’odeur, qui accompagne le grésillement sonore caractéristique. Il s'y mélange un peu d'ozone qui accentue l'odeur.

Tout cela ne produit pas grand-chose si on le compare à la puissance énorme de l’éclair en temps d’orage, capable d’en synthétiser des milliers de tonnes.

Ce gaz nitreux est une bénédiction pour la nature et pour l’homme. Sans lui, il n’y aurait pas de végétation.

On peut faire, les mêmes constatations avec le gaz sulfureux.

Gaz carbonique, gaz nitreux et gaz sulfureux, solubles dans l’eau, ne restent pas dans l’atmosphère. Heureusement, s’il n’en était pas ainsi la vie, ne serait pas possible sur terre : nous serions tout asphyxiés. Depuis le temps que l’on consomme l’oxygène de l’air pour faire des oxydations, sa teneur devrait diminuer si l’on poursuit le raisonnement de nos fameux « Scientifiques médiatiques ». On ne l’a jamais constaté et on respire encore.

Ces trois dioxydes se combinent à l’eau pour donner les acides, carboniques, nitreux et sulfureux qu’on ne peut pas isoler. Ce sont leurs solutions qui ont des caractéristiques acides.

Contrairement aux autres solutions, ces dioxydes voient leur concentration dans l’eau diminuer quand la température s’élève. Finalement, ils ont tous tendance à être absorbés par le sol.
Comment pourraient-ils provoquer un effet de serre ? Qui provoque réellement l’effet de serre ? comment le constate-t-on ?
C’est l’eau dans l’atmosphère qui est à l’origine des nuages. Les propriétés de diffusion des rayonnements par les nuages sont connues du bon sens populaire. Un ciel clair provoque le refroidissement nocturne de la terre. Un ciel nuageux, au contraire, protège des excès du soleil et de la déperdition des calories accumulées par la terre et les eaux.

Si l’on compare les masses d’eau nuageuses, avec les quelques gaz transparents, qui se diluent en quantités ridiculement petites dans l’atmosphère, on voit bien que tous ces gaz, soi-disant à « effet de serre », ne peuvent avoir aucune influence sur le climat de la planète.
Les gaz à effet de serre : canular ? Ou imbécillité ?
Il serait tellement plus satisfaisant que ce soit un canular. Comment analyser les causes réelles de l’imbécillité ?

Un essai de réponse est apporté par un chiffre.

Lorsque nous avons demandé à ces fameux « Scientifiques », correspondants attitrés de nos « Reporters », à combien ils chiffraient le réchauffement de la planète, depuis les années 1900, ils ont répondu :
« La planète a connu, au vingtième siècle, un réchauffement d'un demi degré centigrade »

Mépriser le calcul d’erreur à un tel niveau, est franchement scandaleux.

Comment mesurer des températures avec une telle précision ?

Les conditions de prise de température et les performances des matériels, tant au début du vingtième siècle que maintenant, permettent-elles d’être aussi affirmatif, pour prétendre que le chiffre donné est significatif.

Aucune élucubration statistique ne peut étayer une telle sottise.
Même le suffrage universel ne nous permet pas de nous protéger des « maries Chantal» scientifiques, qui ne sont pas moins dangereuses que leurs soeurs en Politique et en Littérature.
KYOTO ou la mondialisation de la bêtise.
Les activités industrielles humaines, en y ajoutant les autres occupations des sols, couvrent moins de dix pour cent de la surface terrestre. L'exploitation n'en perce l'écorce que sur une moyenne de quelques centaines de mètres. Les fourmis humaines sont bien prétentieuses quand elles prétendent modifier les climats, par leurs activités minuscules.

Accuser les Etats-Unis d'Amérique de tous les maux, c'est oublier leur territoire gigantesque.

Ramenée au kilomètre carré, leur activité industrielle et humaine est bien inférieure à celle de l'Europe.

On envisage pourtant, sans inquiétude, que la population du globe atteindra rapidement les dix milliards d'individus. Comme toutes les formes de vie, celle de l'homme disparaîtra noyée dans son caca. Dans la fosse morte universelle, quand les hommes verront le niveau des sanies atteindre leur lèvre inférieure, chaque nouvel arrivant provoquera la supplication unanime : « Surtout, pas de vagues ». Les plus grands seraient donc les derniers à disparaître ?

Cela ne sera pas la conséquence des émissions de gaz carbonique qui s'élimine automatiquement. La vraie source de nuisance et d'autodestruction tient dans une seule phrase de la genèse
Croissez et multipliez
Il faut bien que les choses s'arrêtent un jour.

Le réchauffement climatique :
« Sans effet de serre, comment faire pour expliquer le réchauffement climatique ? »
J’ai déjà dit combien nos statistiques et la précision de nos mesures, dans le temps, étaient insuffisantes pour prouver que le climat se réchauffait. Nos pauvres mémoires sont si courtes qu’elles ont oublié les mois de juin torrides pendant lesquels on « faisait les foins ». Elles ont aussi oublié les étés « pourris », froids et humides avec les récoltes qui pourrissaient sur pied, les épouvantables sécheresses qui décimaient les troupeaux. Pensez donc qu’en 1947 et en 1959 les vignes du Nord ont produit et conduit à maturité des raisins bien sucrés. A Melun le bananier du jardin public a produit un splendide régime de bananes parfaitement comestibles.

Ces années-là, les vins étaient méconnaissables. Ils étaient si généreux que cela cachait leurs terroirs. Les vins blancs avaient tous le goût de Xérès espagnol et, en Champagne, ils étaient inaptes à la seconde fermentation appelée prisez de mousse. Il fallait les couper (on dit assembler cela fait plus noble) avec des « piquettes » des années antérieures.

Les vents étaient alors autant de Sud-Ouest que de Nord-Ouest, les tempêtes aussi. On ne parlait pas encore de réchauffement climatique.
« Mais, cher Monsieur, sans épiloguer sur les mesures thermométriques que vous contestez, la régression des glaciers, la fusion des glaces polaires sont bien en rapport avec une évolution du climat qui ne trouve d’explication que dans l’effet de serre, universellement reconnu. »

Les glaces qui fondent sont une réalité. Alors ! Qui les réchauffe ?

Le sens des proportions :
Il faut remettre les grandeurs à leurs places qui sont toutes relatives. Le monde vivant occupe une « pellicule » du globe terrestre bien mince : à peine un pour mille du rayon de le terre. En volume, cela ne représente que trois pour mille de notre globe. Ramenez cela à un beau pamplemousse de cent millimètres de rayon, cela représente péniblement un dixième de millimètre, soit la peau d’une pomme de terre nouvelle.

L’astronomie ne signale pas des mouvements du soleil, ni des émissions calorifiques inhabituels. Par contre, les tsunamis, éruptions volcaniques et tremblements de terre se sont distingués ces dernières années. Quand on pense aux sources chaudes d’Islande et d’ailleurs et qu’on observe que les glaciers et les banquises fondent surtout par la base, on peut se demander si ce n’est pas la croûte terrestre qui laisse transpirer un peu plus du feu central si mal connu.

Une campagne de mesures de la température des sols, tant sur la terre qu’au fond des océans, permettrait d’émettre des hypothèses moins philosophiques que l’effet de serre. Cela prendra du temps et, dans l’attente, on entendra encore de belles âneries.

Enfin, l’histoire est là qui nous apprend que les vikings appelaient VINE LAND ce que nous appelons encore GROELAND, malgré les glaces et les névés qui recouvrent ce territoire.
On peut regretter que nos formations intellectuelles nous spécialisent trop en nous enlevant la capacité généraliste de raisonnement scientifique et technique. Les sociétés et académies savantes ont bien failli à leur mission.
.
De: François TATARD
Date: 16/12/2006

dimanche 24 octobre 2010

"Le siècle de la communication"!!!

.
La crise économique qui frappe - et c'est un comble - les pays les plus avancés, résulte de perte d'emplois, perte de marchés qui, suite à l'ouverture des frontières, confond mode de vie et salaires extérieurs. C'est un fait, mais, c'est un fait discutable comme étonnant dans la mesure où le 'siècle de l'informatique' succède au 'siècle des machines'. Que peuvent-elles nous apporter ces 'machines informatisées' qui font le travail à notre place, sinon le confort souhaité ? Vous êtes vous déjà demandé quel est le salaire (ou son prix de revient) que vous devriez donner à votre machine à laver qui nettoie pour vous votre linge ? Pas grand chose, n'est-ce pas ? Et en plus, elle peut travailler la nuit ou le dimanche pour le même prix !!!

Le nombre de machines nous entourant est conséquent, et l'on fait appel à elles tous les jours; et nous sommes malades quand elles sont en panne (snif !). Mais... dites-moi, à quel prix de l'heure travaille une machine à laver en Chine ? Pareil qu'en France ou aux Etats-Unis !! Donc, s'il est inutile de porter son linge à Shangaï ou New Delhi, l'on pourrait toujours substituer le déficit crucial causé par nos importations par des machines qui en lieu et place feraient ici le même travail qu'à des milliers de kilomètres.

Ainsi donc, la robotique étant la seule possibilité de sortir de la crise actuelle, pourquoi n'est-elle pas plus développée ? Ce retard gigantesque (ce gouffre, ouais !) continue donc à présenter des échelons, des niveaux de comparabilité économique avec le voisin alors qu'en définitive ON SE FOUT DU VOISIN !! On en a rien à foutre de son 'mode de vie', de ses 'us & coutumes', tout ce que l'on veut c'est vivre bien chez soi sans être emmerdé par quiconque.

Bêh ouais ! Que fait-on pendant que tourne la machine à laver ? Que fait-on pendant que tourne tout seul le poulet dans le four, ou que tourne la voiture comme les pages d'un livre sur l'écran d'ordinateur ? On... on se tourne les pouces ! Et, on a beau tourner et retourner la solution dans tous les sens, on a pas besoin d'importer des problèmes alors que l'on a tout fait pour ne pas en avoir. Combien de décennies (!) ont mis les cafétérias américaines pour traverser l'Atlantique ? Et combien d'autres décennies pour que le téléphone portable arrive à la nage dans nos foyers ? Et autant - sinon plus - pour les ordis !! "Le siècle de la communication"!!! Bon. Disons-le franchement: ils nous prennent pour des cons !

Alors que la machine a peu à peu remplacé l'esclave des siècles passés, désormais, sous couvert de crise, de coûts différentiels et de politiques obscures, ils mettent le peuple dans la situation constatée de... l'abandon des machines (par différents biais) pour que les humains reviennent peu à peu au bon temps de l'esclavage ! Ne rigolez pas, c'est exactement ce qu'il est en train de se passer en Amérique ! "L'Amérique", vous savez, ce pays de rêves de l'autre côté de l'océan, j'ai comme l'impression qu'il se rapproche !

vendredi 22 octobre 2010

Wal-Mart à la française !

Après les cafetières + verseuse à 10 € (USD 13,91), voilà qu'arrivent les cafetières à... 5 € ! (+ 2 tasses porcelaine) ! A ce prix là, faut pas demander d'où elles viennent !

(vendues (avec garantie) en supermarchés en France).

Les chemtrails se montrent !

Science-fiction, planète Taire
C'est vraiment 'du bout des lèvres' que les 'autorités' reconnaissent à présent avoir demandé que des épandages aériens soient été fait. Mais alors, pourquoi tant de mystères ?! 'Il apparaîtrait' qu'il n'y a rien de caché puisque tout le monde peut lever les yeux au ciel et, qu'il existe des sites informatifs sur le net (http://www.nawcinc.com/wmfaq.html). Effectivement, certaines publications parlent d'ensemencement en se défendant bien d'employer le mot 'chemtrail', et même, le mot 'contrail' ! 'Contrail' se définissant comme étant de la vapeur d'eau, traînée inoffensive laissée quelques secondes ou minutes derrière les avions en vol. Par contre, le 'chemtrail', ou 'traînée chimique' est un mot qui représente bien cette situation puisque les composants largués en hautes altitudes sont nocifs pour l'homme comme pour toute la nature. Or, lorsque on aborde les termes de 'nocivité' comme de 'traînées chimiques', il apparaît là un net recul des 'autorités' à en débattre, se réfugiant en des discours de 'secret d'Etat' et, que la problématique du jour est le 'réchauffement climatique' que nous nous efforçons d'atténuer ! Là encore, aucune explication des composants n'est présentée (et pour cause !) et, de plus, l'arnaque du faux 'global warming' est passé mais, mais encore soutenue pour diverses raisons obscures nécessaires à l'étayage des futures taxes sur le gazcarbonique. Pourquoi d'ailleurs s'en priveraient-elles puisque ces crapules ne sont pas en prisons mais bien en liberté et qu'aucun bracelet GPS n'ait été monté à leur cheville.

Pas facile non plus d'expliquer que des avions blancs anonymes se chargent de telles missions. Ainsi, les hégémonistes se poseraient-ils en terrains militaires pour y être ravitaillé et, que pour 'corser' les choses, les pilotes désignés à l'épandage d'un pays, n'en seraient pas originaires. Ainsi, des naviguants soviétiques iraient chemtrailler les USA tandis que des Américains feraient des épandages sur les pays de l'Est.

Toujours est-il que, s'il était question de modification du climat, cela aurait permis depuis des années de ne plus connaître des périodes de sécheresse (ce qui n'a pas été le cas !) et que le froid venant de plus en plus toucher les hémisphères (2005/2035), l'on aurait bien besoin au contraire d'un peu plus de chaleur ! Les mensonges s'accumulant et, les débats publics et en direct n'étant pas "à l'ordre du jour", l'emprise de la dictature NWO se fait 'aujourd'hui' de plus en plus forte sur les pays industrialisés afin d'en redéfinir les cadres de production et le parcage du bétail en attente d'abattoirs.

jeudi 21 octobre 2010

"CPD qui nous gouvernent"

.
Science-fiction: Planète 'Taire' à des milliards d'A.L. d'une autre


Pourquoi donc les 'représentants' du peuple roulent-ils tous sur l'or ? Ne sont-ils pas les 'reflets permanents des conditions de vie des esclaves qui les ont élu' et, qui vont 'débattre' en leur nom à l'Assemblée Nationale ? Ainsi donc, ces fils de p... et enfants de s... auraient leurs cotisations retraite multipliées par... deux !! En quoi, ces mêmes énergumènes hégémonistes frappés par la grâce du NWO en leur première année de pédophilie (mention D), se défendent-ils en argumentant qu'ils seraient susceptibles de... ne plus retrouver du travail sitôt leurs mandats terminés !!! Et comment mon commandant !

Si pour certains morts ou mordus cela leur fait plaisir de retrouver leur tombe 'In Paradise', il paraîtrait que d'autres se contenteraient bien de les voir sortir les pieds devant. Et, "si nous ne sortirons qu'à la force des baïonnettes" est encore en vigueur, nombre d'entr'eux s'en contenteraient bien à la seule condition qu'elles soient dans leur cul.

On vit une 'époque formidable' où les 'amis' ne sont plus ce qu'ils étaient. Et où chacun gagne sa vie en tuant son prochain de façon a ce qu'il ait encore de 'l'air à respirer'. Ainsi, si notre atmosphère est extensible et que la planète Taire n'est pas enfermée dans une bulle bien étanche, plus il y a du gazcarbonique, plus il y a de l'oxygène. Les plantes et les arbres s'en portent mieux (voir le sujet précèdent:http://huemaurice7.blogspot.com/2010/10/vive-le-gaz-carbonique.html), comme il en est de l'eau sur Taire où depuis 10.000 ans il n'y a pas une goutte de plus ou de moins. Mais, allez donc faire comprendre cela à ceux qui traitent les scientifiques de négationnistes incroyants à leur science infuse sortie comme par miracle de leur sièges de congressman.

Traits du jour

mercredi 20 octobre 2010

Vive le gaz carbonique !

.
Le CO2 nous «serre» !
http://www.legumes.ch/public/index.php?cid=100&articleid=560
.
Alors que la législation prévoit de mettre en place une taxe CO2 avec pour objectif de réduire les dépenses énergétiques de 10%, voici quelques éléments de réflexion quant à la conception des installations techniques de serres et leur mode de fonctionnement pour utiliser au mieux le CO2. Commençons par les intérêts agronomiques du CO2.
.
Article
.
A la base de la croissance des plantes, on trouve la photosynthèse, qui combine CO2 et eau pour fabriquer les sucres qui serviront à construire la plante en exploitant l'énergie lumineuse disponible.

Les plantes, grâce à la photosynthèse, sont les seuls êtres vivants capables d'exploiter le CO2 atmosphérique pour fabriquer des acides aminés et protéines. Les animaux et l'homme dépendent des plantes pour cette fonction. La photosynthèse augmente avec la lumière ainsi qu'avec le CO2 disponible c'est-à-dire que si le niveau de CO2 est trop faible, la lumière est mal exploitée.

Exemples:
.
- à 350 ppm, niveau atmosphérique, et 200 W/m2, la plante assimile 20 kg de CO2 par hectare et par heure.
- si la teneur en CO2 tombe à 100 ppm, la plante n'assimile plus que 10 kg de CO2 par hectare et par heure. C'est comme si on ne disposait plus que de 80 W/m2 de lumière; la perte est de 120 W/m2.
.
Un hectare de serre contient environ 40'000 m3d'air, soit 14 m3 de CO2 ou 27.5 kg de CO2, soit une heure de photosynthèse à 350 W/m2 sans ventilation.
.
Pour capter la lumière et le CO2 nécessaires à la photosynthèse, la plante a besoin de surface foliaire. Cette surface sert aussi à la transpiration, qui est le moteur de l'absorption hydrique et minérale. Pour la tomate, 30 % de la biomasse sont alloués aux parties végétatives, feuilles, tiges et racines alors que les 70 % restant sont alloués aux fruits.
.
Comme la serre limite les échanges gazeux avec l'extérieur suivant la ventilation, il est intéressant d'apporter du CO2 aux plantes pour favoriser la photosynthèse. Les concentrations peuvent être de 650 à 1000 ppm en hiver, soit 3 à 20 kg /ha/h, et de 400 à 500 ppm en été pour éviter les pertes trop importantes par ventilation, soit 25 à 40 kg/ha/h injecté.
.
Dans tous les cas, une concentration plus faible mais durant plus longtemps fournit plus d'efficacité, le matin de préférence.
.
Maîtrise des installations

L'usage du gaz naturel en chaufferie permet la production gratuite de CO2. Ce gaz est composé essentiellement de méthane (CH4) dont la combustion complète produit du gaz carbonique (CO2) et de la vapeur d'eau.
.
La combustion d'1 m3 de gaz nécessite 2 m3 d'oxygène soit 10 m3 d'air. Cette combustion va produire environ 11 m3 de produits contenant 2 kg de CO2 pouvant être injectés en serre après refroidissement et condensation de la vapeur d'eau.
.
L'énergie thermique récupérée après condensation atteint 11 kWh.
.
Les besoins thermiques d'une serre sont extrêmement variables au cours de l'année et au cours d'une journée. Alors qu'une puissance thermique en chaufferie de 300 à 500 kW/ha est suffisante pour assurer la production de CO2 nécessaire, soit 70 à 100 kg/ha/h, une puissance de 3000 kW/ha sera exigée durant quelques jours par an pour passer les pointes de froid hivernales.
.
Il y a donc au minimum un facteur 6 entre la puissance thermique installée en chaufferie et la puissance thermique suffisant à produire le CO2.
.
Une chaufferie bien conçue pour la production de CO2 comportera deux chaudières fonctionnant en cascade. L'une fonctionne prioritairement pour les besoins en CO2 et l'autre vient en complément pour assurer les besoins thermiques. Dans la pratique, on trouve fréquemment des chaufferies équipées de deux chaudières de puissance similaire (1500 kW/ha chacune), équipées de brûleurs modulants.
.
Nous conservons toutefois le principe d'une chaudière de base produisant le CO2 et d'une chaudière assurant la modulation thermique.
.
En équipement complémentaire, on trouvera des ballons de stockage d'eau chaude. En effet, la photosynthèse se fait en présence de lumière, donc le jour.
.
Or, la serre, qui est un capteur d'énergie, voit par conséquent ses besoins thermiques diminuer le jour. Pour permettre les injections de CO2, les chaudières fonctionnent le jour sans demande énergétique et l'eau chaude produite est stockée dans un ballon.
.
Cette eau chaude sera restituée préférentiellement la nuit lors d'une demande thermique. Le stockage d'eau chaude permet donc à la fois d'optimiser les besoins en CO2 et la demande énergétique de la serre.
.
Exemple concret de l'utilisation du CO2
.
Faisons une comparaison de trois types d'installations existantes (voir tableau ci-dessus):
.
- serre sans équipement d'injection de CO2
- serre équipée pour l'injection de CO2 sans stockage d'eau chaude
- serre équipée pour l'injection de CO2 avec stockage d'eau chaude.
.
Ces chiffres méritent quelques explications.
.
Tout d'abord, les dépenses énergétiques sont plus importantes lorsqu'on injecte du CO2 sous serre. L'écart de 16 % d'énergie supplémentaire entre une serre sans CO2 et une serre avec CO2 est dû à la pratique du minimum tuyau, c'est-à-dire que nous conservons une température d'eau de chauffage de l'ordre de 30 à 35°C en permanence pour faire fonctionner la chaudière et donc injecter du CO2.
.
Par contre, on note un écart thermique de 3 % entre une serre avec CO2 et une serre avec CO2 plus stockage d'eau chaude.
.
Cet écart est dû aux déperditions thermiques du stockage d'eau chaude.
.
On constate donc qu'un stockage d'eau chaude n'engendre pas de sur-consommation d'énergie, mais permet d'injecter plus de CO2 dans les serres puisque dans ce cas on découple le fonctionnement de la chaudière en l'activant le jour.
.
Simulation de la réduction énergétique Supposons des besoins en chauffage de 330 kWh/m2/an. L'année n+1, je m'engage a réduire ma consommation de 10%, comme le prévoit la loi c'est-à-dire que je décide de dépenser 297 kWh/m2/an en posant par exemple des écrans thermiques ou en choisissant une variété moins exigeante en température. La réduction correspondante de gaz consommé atteint alors 3 m3, soit 6 kg de CO2 (équivalent à 33 kWh/m2/an). C'est ce que prévoit la loi pour une serre sans CO2 .
.
Or, si l'on injecte du CO2 sous serre, la comparaison précédente montre que l'on a certes augmenté les dépenses énergétiques à 323 kWh/m2/an, mais l'on a ramené les rejets de CO2 dans l'atmosphère à 44,3 kg (58,8 – 14,5 kg), soit en dessous de la réduction prévue par la loi. Dans ce cas, l'objectif est déjà atteint et l'on peut faire beaucoup mieux avec un stockage d'eau chaude.
.
La serre sans injection de CO2 peut être comparée à n'importe quelle entreprise qui consomme de l'énergie pour ses besoins spécifiques. Et les serristes disposent des moyens de mettre en avant les installations ou équipements spécifiques réalisés pour utiliser au mieux le CO2 et par là-même, limiter les rejets dans l'atmosphère.
.
Tous les chiffres mentionnés dans cet article ont fait l'objet d'une étude menée par Gaz de France en collaboration avec l'AIREL de Sainte-Livrade région Sud-Ouest et une journée Top Gaz en mars 1998.
Intervenants: M.Tchamitchian, INRA-Avignon, Intérêts agronomiques du CO2 , M.Leroy, expert gaz industrie Gaz de France, Maîtrise des installations, I . Bertrand, direction de recherche Gaz de France, Stockage eau chaude, F.Carmelez, AIREL, gestion du CO2 sous serre, conduite des facteurs climatiques, résultats agronomiques.
_______________________________

PS: Je n'ai pu faire figurer les exposants pour 'mètre cube & carré', ni l'indice pour méthane THquatre, le pavé ci-dessus ne les acceptant PAS !

mardi 19 octobre 2010

Food, Inc. : Les rouages de l’industrie alimentaire et ce qu’elle vous cache

Test

.
A voir le chômage croître et la fin des allocations venir et ajouter les prix à la consommation obliquer à la hausse, 'tout' partait à ce que les Américains se séparent de leurs armes vendues au plus offrant. Cela était sans compter sur la prévoyance yankee aux vues des politiques tenues; d'où le regain conservateur à se défendre vis-à-vis des temps très durs qui sillonnent le monde. Ce test d'endurance est aussi présent en Europe où les grèves s'intensifiant, et la panne d'essence à venir, les magasins se vident peu à peu de leurs marchandises de survie.
Comment cela peut-il se terminer ?
Vaste question auxquels peu sont amenés à répondre si ce n'est que 'la réforme des retraites pourrait être renvoyée au printemps 2011'. Mais, qu'en résulte t-il de ces manifestations nationales sinon un test ? Une évaluation du potentiel rebelle parcourant les barricades. Le danger des frontières ouvertes, c'est que tout un ensemble est pris à la même enseigne et que, seuls les plus forts et/ou les mieux armés feront la différence. Défiler sous les chemtrails est une chose, mais se faire 'hara-kiri' en est une autre. Donc, a qui profite les agitations ? Désormais, les pompes à essence affichant le litre de SP 95 à 1,50€ ($5.67/gallon) font légion et, le besoin de ce précieux élément pour aller travailler pourrait bien vite paralyser tout le pays. A quoi bon travailler si les stocks ne peuvent quitter les entrepôts ?
Cela n'empêchera pas les dirigeants fautifs de rouler en hélicoptère comme de voler en chemins, ni d'interférer quant aux programmes de vacances depuis longtemps retenus. Statu quo où bien sûr, ce sont toujours les mêmes qui mettront la main à la poche en attente d'avoir autre chose au bout des doigts.

http://www.prisonplanet.com/americans-buying-guns-in-preparation-for-civil-unrest.html

lundi 18 octobre 2010

1 Clip = 1 plan ! (Robot !)


Performance d'UNE robot.
Merci
JUAN (FU ¢ K "CHANGE") - http://www.myspace.com/cooly39

dimanche 17 octobre 2010

Dessin du moi !

L'intermonde de l'édition

.
Depuis la venue de l'Internet, c'est toute la liberté de parler/d'écrire qui a été remise en cause; pensez-donc, on ne passe plus par la Maison d'Edition mais par Internet ! L'éditeur aujourd'hui n'est plus qu'un lointain malsain souvenir dont il fallait solliciter un rendez-vous et puis devoir attendre, patienter jusqu'à son approbation pour être publié !! Passer par la 'case censure'. Le 'deuxième bureau'. C'était - à l'époque - une obligation pour certains d'être 'lèche-cul officiel du' pour être publié/distribué et... et mis en vitrine ou tête de gondole. C'était la fonction obligée comme pour entrer/passer 'à la télé' ! Une sorte de 'Goulag de Soljénitsyne'. Après les murs recouverts vite-fait à la peinture épaisse sur des graffiti déplaisants au pouvoir en place, les nuits se passent aujourd'hui à taguer la toile et à exposer son propre mur ailleurs que sur des sites qui ne sentent pas bon et au soi-disant 'nombre d'abonnés record' !

Que peut-on demander de plus que d'être lu dans le monde entier et traduit instantanément en toutes les langues ? C'est vrai que la discussion passe le plus souvent par une perte de temps où la qualité du lecteur se décrit parfois comme étant hors sujet et ne fait qu'en résultance qu'une longue liste de monologues où la boite-à-rêves n'équipe plus qu'un égo. Chacun y va de son contemplatif et descriptions obscures, de son alpha porté à l'oméga. Les fils - le plus souvent de piètres qualités - tissent des toiles que les vents portent au loin. L'on ne raccommode plus les voiles messieurs-dames, on jette ! On se refait des vestes neuves toute en crochets ou des impers blindés façon 'prince de Galles'. Au "qui veut voyager loin, prend soin de sa monture", les 'je, moi' et les 'on devrait' avec les 'il faut', sont des poches fermées, intérieures et masquées, gravées sur marbre à la tombe virtuelle de l'internaute.

Désormais, on ne 'tourne plus la page', on zappe ! Le papier glacé a vécu, un peu de chaleur ne ferait pas de mal.

Prise de tête

samedi 16 octobre 2010

La grève touche qui ?

.
Le fait de cotiser pour la retraite est une chose qui doit être plus amplement développée: Pourquoi devrions-nous cotiser pour les vieux qui... ont déjà cotisé pour leur retraite toute leur vie ? Où est passé l'argent qu'ils ont placé ? Là est la question la plus préoccupante, car, à n'en vouloir discuter revient à dire que ceux qui cotisent aujourd'hui... n'auront rien a leur retraite ??! (et, qu'il ne faut pas compter sur la baisse de la natalité pour combler le déficit).

Ainsi, l'argent manquerait-il (?). Les dirigeants voguent dans le luxe aux salaires mirobolants et aux dépenses somptuaires. L'argent est tous les jours dilapidé à des fins obscures tandis qu'il est demandé aux joyeux contribuables de travailler plus !!

Dans l'attitude très 'regardante' sur les citoyens, les gouvernements successifs ont multiplié les 'aides' non-demandées par le peuple. Suggestions qui - au départ - se sont vite transformé en obligations d'accepter. Ainsi, ce 'service rendu à la nation' demande t-il des employés (des 'improductifs') pour s'occuper de la gestion. Ce qui peu à peu s'est modifié à travailler pour... payer les fonctionnaires et non le budget dont tout pays a besoin.

A ce mécontentement général de la population servile, sont arrivées les grèves. Paralysies qui touchent en premier (comme en dernier) le peuple lui-même ! L'arrêt de la distribution des carburants gène de prime abord ceux qui travaillent, d'où la probante fermeture prochaine d'entreprises avec autant de mises à pied. Période de chômage étant à venir. Portion des cotisants réduite = ?... soit déficit des caisses (et emprunts supplémentaires à rembourser + intérêts), soit: augmentation des cotisations !!

vendredi 15 octobre 2010

Dans les archives oubliées: l'HAARP


Les archives oubliées HAARP
envoyé par luchagringo. - Vidéos des dernières découvertes scientifiques.

Les ondes magnétiques

.
"Ils prétendent pouvoir changer/modifier le climat". Qu'est-ce que cette science ? Nous sommes tous sur Terre traversé de milliards de champs magnétiques. 'Nous', ce sont les humains, les animaux, les arbres, les fleurs, les graines ainsi que l'eau. Or, l'eau est présente partout. Il existe chaque jour des marées. Des marées basses et des marées hautes. Ce champs magnétique est créé par la lune. Mais, dites-moi, le pouvoir magnétique de cet astre s'arrête t-il aux océans ? Bien sûr que non et, nous subissons tous des 'marées' à l'intérieur-même de notre corps comme à l'extérieur.

Dans les projets HAARP, les effets sont dirigés vers le contrôle des nuages, c'est-à-dire sur l'eau qu'ils contiennent et qui peut être désagrégée comme concentrée et/ou déplacée. Effectivement là, nous ne pouvons qu'applaudir des deux mains à cette merveilleuse découverte qui peut enfin permettre d'arroser des terres arides et réguler les moussons comme les autres fortes pluies susceptibles de créer des inondations.

Autre présentation du traversement de notre corps par des ondes est - entr'autres - le téléphone. Si l'émetteur est placé par exemple à votre gauche et que vous téléphoniez en tenant le combiné du côté droit, les ondes ne vont pas contourner votre tête mais la traverser comme si elle n'existait pas ! D'où l'inventivité de se servir de ce moyen efficace pour... contrôler/modifier notre esprit. Par qui sont créée ces ondes a basses fréquences qui sont en nous et font que le matin nous nous levions, marchions, mangions ? Nous avons toujours pensé qu'elles étaient innées et que notre état d'esprit était propre à chacun de nous. Nous nous trompions. Si nous admirons, nous aimons, nous détestons telle ou telle personne, c'est peut-être aujourd'hui due à l'attitude des gouvernements dont sans le savoir en sommes devenus les esclaves dociles et bien incapables de dire 'non'.

Qu'en est-il du degré d'acceptabilité de telles intrusions dans notre vie privée ? D'ailleurs, pourquoi n'en parlent-ils pas en débats nationaux ?

Ces 'nouvelles technologies' bien secrètes abordent un sujet dont nous n'en avons connaissances profondes, certes, mais dont les avantages immédiats nous échappent ! Et plus encore, les modifications climatiques intervenues nous portent à réflexions. A voir les structures montées de la fameuse arnaque du 'Global Warming' et de son Copenhagate 2009, il semblerait qu'elles soient plutôt dirigées contre nous. Ainsi, pour couvrir cette maléfique mise-en-place ont-ils dû se servir de stratagèmes contestés par les plus imminents scientifiques climatologues. Stratagèmes des "gaz a effet de serre" comme celui du poison sorti de notre bouche ! Encore eut-il fallu en débattre !

Mais là encore, les escrocs ne parlent que par journaux interposés.

Qui parle de l'arme scalaire, des chemtrails et du pétrole abiotique connaît les clés de ce monde, mais, à part de fermer Internet (empêchement de parler) rien d'autre aujourd'hui n'est présent à l'actualité. Pensez-vous encore que quelqu'un qui voudrait vous tuer vous en avertirait à l'avance ?

jeudi 14 octobre 2010

Laisse tomber, c'est pas mangeable !

"Y a quelque chose qui ne tourne pas rond là-dedans !"

.
"Qualités intellectuelles discutables" ? Qu'en était-il des constructions dans l'ancien temps, si ce n'étaient que des 'coopératives ouvrières', le travail, les corvées étaient distribuées à toutes et tous afin que chacun y trouve son compte. Or, qu'en est-il aujourd'hui ? Maintes et maintes fois, lors de fermetures d'usines, l'on a vu les ex-employé(e)s se réunir et tenter de faire 'repartir la machine'. Sacrifices bien vains qui n'ont fait que montrer l'emprise des barbouzes destructrices d'emplois au profit d'autres en pays lointains. Les carnets de commandes ne pouvant se remplir et les matières premières ayant "subitement augmenté" ou "absentes des stocks et/ou des mines"(!) les ouvriers en n'ont dû donc s'en remettre à l'évidence "Y a quelque chose qui ne tourne pas rond là-dedans !" Les locataires des ministères chauffés y seraient-ils pour quelque chose ? A voir la 'démarche du combattant' pour toutes personnes à la recherche d'un emploi, cette constatation s'en rapprocherait bien de la réalité. Voyons voir: D'un côté des milliers de chômeurs et, de l'autre, presque autant de salles municipales vides et disponibles pour des réunions de sans travail. Pourquoi les 'pôles d'emploi et des allocations' ne proposeraient-ils pas des rencontres entre chômeurs qui s'ignorent ?

Chacun d'eux a des valeurs qui lui sont personnelles, ainsi, lors d'assemblées mensuelles chacun - faisant part de ses connaissances - serait susceptible d'aider son voisin de l'angoisse. Prenons le cas d'un chômeur propriétaire en ville d'un pas-de-porte, plus un autre qui sait faire les pizzas, plus un autre qui a un moyen de locomotion et pourrait donc se retrouver livreur, plus un autre qui est plombier ou électricien et qui peut faire du local abandonné un magasin fonctionnel. Cette initiative serait même bien vu (en principe) des municipalités qui seraient (peut-être) prêtes à avancer des fonds pour aider l'entreprise au démarrage.

Mais alors, d'où vient l'échec ? L'échec est avant tout administratif, c'est-à-dire que des incapables précédemment passés aux gouvernements successifs, ont multiplié la paperasse et directives diverses afin de créer des emplois (les 'improductifs') dans l'Administration payée par les contribuables et d'empêcher les chômeurs - ou en perspective d'en être - d'agir pour le bien de tous comme bon lui semble. Car, si les gouvernements n'étaient pas là... le peuple se débrouillerait très bien sans lui ! Car les administrations n'ont pas le monopole du savoir ! (loin s'en faut !) Et, c'est d'ailleurs ce qui a fait la richesse des Américains d'avoir la liberté d'entreprise et qui n'est plus le cas aujourd'hui.

Les dirigeants connaissent bien les limites de l'homme comme son pouvoir, c'est pourquoi, le fait de favoriser l'émergence d'entreprise et de donner du travail a chacun apporte ce supplément qui est appelé 'richesse'. Or, si une personne y accède, elle peut être vue comme étant une prochaine rivale. C'est pourquoi, l'esclave et celui qui ne sait rien et est facilement déplaçable comme monnayable à souhaits.

Pour certains, l'image du triangle représentant la pyramide serait un escalier vu en lignes convergentes tandis que pour d'autres plus relativistes n'y verraient que la perspective d'une route, ce qui, pour cette dernière est plus proche de la réalité avec cette égalité des humains et leurs éloignement des autres pour diverses causes.
.

mardi 12 octobre 2010

"High Tech Noon" Quel cinoche !

Cafétéria US en 1937


Il a fallu combien de temps pour qu'elles traversent l'Atlantique ?!
http://old-photos.blogspot.com/2010/10/back-by-popular-demand.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+blogspot%2FMjus+%28Old+Picture+of+the+Day%29

USA 2012 ?

L'espace de liberté

.
Comme il existe dans certains pays (loin d'ici) des "espace fumeurs" et "non fumeurs" (je rappelle au passage que les voitures polluent 1 million de fois plus qu'une cigarette), il se projette à l'horizon des "espaces burqués" et "non burqués" comme des "espaces terroristes" et "non terroristes", donc, comme il existe des couloirs de bus, pistes cyclables, toilettes 'hommes' et 'femmes' et mille et une autre particularités 'végétariennes' et zonage divers, je proposerai que chaque être fasse, vive, bouffe et circule COMME BON LUI SEEEEEEMBLE !

Regardons pour cela les trottoirs: chacun y circule à sa guise sans qu'un espace spécial y soit réservé à telle ou telle 'personnalité', et, dans ce 'bordel habillé' chacun fréquente, parle et baise qui y veut ! Or, il y a toujours des fouteurs de merde qui - n'ayant pas des couilles pour aller manifester devant les ministères concernés - préfèrent empêcher les travailleurs d'aller travailler en leur barrant le passage des routes et des rues ! (défilé de dictateurs savamment encadré par la police payée par le contribuable !!). Mêmes syndicats qui se disent aussi 'défenseurs du peuple' !! (je rappelle qu'en Russie existe un journal qui s'appelle 'La Pravda'. Qui en traduction veut dire 'La Vérité' ! C'est vrai çà ! Pourquoi qu'un journal qui s'appelle 'la vérité' pourrait-il dire des mensonges ?).

Bon, boooooon, d'aaaaaccord, c'est pas de partout pareil, par exemple à Caracas (Vénézuéla), il y a eut 19.000 morts violentes en 2009 contre 'seulement' 4.600 en Irak, donc, l'ouverture des frontières a ce bon côté que l'on peut partager tout-à-coup les us & coutumes de tous les pays ! Donc, le flux migratoire serait incidentiel sur le mode de vie que l'on s'est apparemment fixé et, les gouvernements, loin de demander ça que le peuple en pense, fait comme il n'existait pas sauf, sauf qu'il est aussi appelé du sobriquet péjoratif de 'contribuable'. Donc, plutôt que de partir en vacances au Vénézuéla, Mexique, Afrique du sud ou Etats-Unis, les villes comme Caracas* ou la Nouvelle-Orléans reconfigurent vite l'état d'esprit d'un pays et, le 'tourisme de masse' (les grandes villes attirent les grosses fortunes comme la grosse délinquance) y est pour beaucoup dans la carte postale.

Ce choix "d'exotisme" et de "contrées sauvages à découvrir" a toujours fait de l'homme son bagage inné, et, c'est pourquoi sont apparu les fonctions de "l'ailleurs chez soi" au travers des postes de tv et surtout d'Internet et de tout autre "livré à domicile". Voilà bien des parfums qui échappent intentionnellement aux dirigeants qui, eux, peuvent se permettre d'en savourer l'exactitude des effets en des voyages garnis... d'accompagnateurs (armés !).
.
*Cela dit, même si au Vénézuéla (Pays producteur de pétrole), le prix du litre d'essence est de... 0,034 € ! (Prix 2010, 17 cts $/gallon).

Vu du ciel

dimanche 10 octobre 2010

Propriété...

... et propriétaire

.
Lorsque vous achetez un terrain, d'une surface de (par exemple) 1 ha, soit 10.000 m², soit aussi 100 x 100 m, ou encore 107.639 pieds carrés (çà fait plus Américain !), il s'agit là d'une surface à la petite semelle sur quoi vous êtes imposé; comme aussi imposer son pied au sol (z'allez voir qu'un de ces quatre, ils vont vous demander votre pointure pour foutre un impôt sur les piétons ! Voir "Le retour de la vignette"), le pied américain étant de 30,48 cm de long, ce qui doit faire un bon 45. Bref; Donc, vous voilà propriétaire d'une surface, je rappelle pour les ignares qu'une surface ne peut pas être imposable car... elle n'existe pas ! Pas en tant que telle sur du papier, mais en masse volumique. Donc, le sol en dessous votre pied... ne vous appartient pas ! Votre propriété ne descend ni à 10 km, ni à 1 km, ni à 5 cm, ni à 1 micron de profondeur !! Ce qui fait donc que, quand vous la gratouillez pour y semer des petits pois (ou des fayots), vous pénétrez dans les terres du Roy ! Bêh, vous avez bien de la chance que les bûchers et les putains de rois aient disparu ! Car, une surface n'est pas un volume.

Qu'est-ce que c'est que quelque chose qui n'appartient à personne ? Avant que vous me disiez que tout appartient à quelqu'un, je vous dirai que la mer (outre la zone maritime bordant les pays) n'appartient à personne. Whoooââh ! Et pour la lune: c'est pareil ! Donc, c'est pas parce qu'il y a un drapeau planté quelque-part qu'elle appartient à celui qui l'a planté. Donc, le premier qui y va et qui y reste (billet aller simple pour les chômeurs) la lune lui appartient !!! Il en fait çà qu'il veut ! Même des excès de vitesse et des constructions bordéliques. Bref. The lupanar.

Donc, pour en revenir à "une surface ne peut pas être imposable car elle n'existe pas", il s'agit là d'une faveur virtuelle que vous accorde le proprio d'y marcher sur les pieds comme d'y chier dessus tant que vous voudrez ! D'où aussi l'impôt sur l'eau qui sort de Terre, le charbon et tout et tout. Mais, comme pour l'oeuf et la poule, l'histoire de l'eau qui sort de terre vient peut être aussi du ciel sous forme de pluie et, cette eau dans l'océan s'infiltre puis chauffée elle remonte en source (chaude parfois), mais, comme elle est chargée de particules terriennes et que ces mêmes particules appartiennent au rois des cons, etc, etc, d'où l'impôt, et non sur la pluie car même si c'est de l'eau de source qui s'est évaporée, elle ne contient plus les minéraux qu'elle charriait (sauf la merde venue des chemtrails).

Donc, vous voilà maréchal proprio de quelque chose indéfini qui n'a même pas l'épaisseur du papier sur lequel cette arnaque est imprimée ! C'est tout dire ! C'est pourquoi, pour éviter de parler d'épaisseur et de les allonger sur le comptoir, ils vous demanderont de payer vos impôts plutôt par carte bancaire aux transactions virtuelles. Après cela, la mort venant, vous serez enterré sous une montagne de dettes pour des millénaires comme vos aïeux mais, ne serez imposable car, votre âme ayant gagné le ciel vous ne pouvez être entendu et donc, porté disparu dans l'immensité inter-galactique vous serez désormais copropriétaire de quelques milliards de milliards de km3 ! Pas belle la mort ?! Net, sans impôt. Ouf !

samedi 9 octobre 2010

2 en 1 ! Il y a de l'eau dans le gaz !

Des soldats américains partagent leur prise de conscience


Des soldats américains partagent leur prise de conscience
envoyé par JLGUIGUIL. - Plus de vidéos de blogueurs.

vendredi 8 octobre 2010

Mer agitée à forte

.
Le comportement des élus en surprend généralement plus d'un, sitôt leur mise en mandat. Comme si - tout-à-coup - ils avaient perdu ce sourire et cette discussion qui - dans les rues & magasins où ils passaient durant leur campagne - en ravissait bien d'autres. Et, c'est là, que leur apparaîtraient les barbouzes cachées de derrière les rideaux, et les obligeant à faire ceci ou cela sous peine de mort. De là à épiloguer sur qui détient réellement le bouton rouge de la bombe atomique ou de l'arme scalaire...

Mais, tout de même, c'est quand même un peu trop facile de dire toujours "C'est pas moi, c'est l'autre" et de rejeter la faute sur les 'tireurs de ficelles', parce que, les personnages politique - sitôt leur mandat fini - devraient (en principe) se mettre à table et pouvoir révéler bien des choses et, confidence pour confidence, aller sur Internet et balancer des infos anonymement. D'où la singulière complicité constatée de gens qui s'entendraient comme larrons en foire.

Il y a parfois des choses bien dérangeantes qui ne sont jamais expliquées. Les mystères du 11 septembre 2001 en font partie, comme les chemtrails qui rayent le ciel et les succès morbides de la grippe porcine/aviaire & Cie. Bien évidemment, ce genre d'information touche tout le monde et même inquiéteraient les fonctionnaires quant à leur devenir et à celui de leur propre famille. Même si demain, quelques gens mal intentionnés avaient comme dans l'idée de vouloir transformer l'humain en robot avec une pile dans le cul et dirigés via chemtrails par les ondes scalaires, même si cette terrible réalité nous vient d'épandages aériens comme de l'intérieur d'une seringue, il y aurait comme un problème avec les récalcitrants.

La prochaine fermeture d'Internet qui serait renvoyée aux calendes grecques force à constater que la guerre des maîtres du ciel n'est pas tout-à-fait finie, car, après tout, si les USA venaient à nous priver de ce spectacle, il pourrait y avoir quelques autres nations fabricantes de programmes comme de 80% des ordinateurs dans le monde, qui se réveillent et prennent instantanément la relève. Ainsi serions-nous en instance de changement de maître-fouet dans cette galère que nous vivons.

mercredi 6 octobre 2010

An image of the chemtrails, South of France

"Passez-moi le sel ?"

.
Quand le premier couple d'humains s'est formé sur Terre, je pense qu'ils ont dû décrire ensemble leur devenir radieux, sous 'les meilleurs hospices' et que l'étendue qui s'étalait devant eux avait encore de beaux jours devant elle. Mais, mais, c'était là sans compter sur les richesses inexplorées que leurs réservaient les sous-sols. Pensez-donc, la remuer, extraire de ses composants, allaient devenir des pollutions alors que tous êtres vivants en étaient composés ! (d'où la guerre entre déchets ?). De là à discourir sur ce que pouvait être une merde propre, y a qu'un pas ! (attention quand même dans quoi tu marches !). Donc, il fallait trier. Trier entre les merdes propres, les grosses et les petites comme celles 'bien nées' et le second choix, voire des calibres n'entrant même pas dans les législatures ! (On est pas dans la merde !...). Puis, sont arrivées les couleurs, les "riches en bio-fidus actif", les mets recherchés par les bouseux, les "pas à prendre avec des pincettes", les 'refroidies' qui contiennent notre patrimoine génétique et les 'crèmes' de surface qui font du bien à l'intérieur et ça se voit à l'extérieur, comme les 'économiques' qui n'en seraient même pas ! Tout pour se régaler, non ?

Et puis, (car se n'est pas fini !) sont arrivées les odeurs, l'air qui sent pas bon, quoi ! Entre les "celles là, je ne peux pas les sentir" et les "pas l'air dans ton assiette" jusqu'aux vents mauvais qui les transporte.

En définitive, l'humain s'est emmerdé pendant des siècles à se nettoyer et passer la brosse à reluire jusqu'à poser son pied sur la lune ou rechercher en des sommes astronomiques ce qu'il pouvait en être des merdes extra-terrestres qui ne sont que des chiures de mouches au firmament.

Bon. Après çà, qu'est-ce qu'on mange ?

mardi 5 octobre 2010

Don't believe in chemtrails ? Watch this !

.
South French
.

lundi 4 octobre 2010

John Perkins ou les confessions d'un corrupteur de nations


John Perkins, confessions d'un corrupteur de nations
envoyé par Nzwamba. - L'info video en direct.

Qu'est-ce qu'on déguste !

.
"Le licenciement de la fourchette" ! Vous me direz, "avec la soupe qu'on nous sert, elle n'est plus très utile". C'est exact et, c'est un fait. Mais, je me permettrai d'ajouter que la cuillère fait triste mine et qu'elle n'est même pas sûre de finir l'année ! Mettre la soupe dans un bol est une autre solution qui a déjà bien des adeptes, par contre, si par manque de bol en plus il n'y a plus de soupe... va falloir jouer du couteau si on veut encore manger. Ce à quoi vous pouvez toujours me dire que de manger n'est qu'une habitude et que bien d'africains l'on perdu depuis longtemps même s'ils ont conservé a portée de main les cuillères et fourchettes avec aussi toutes sortes de bols qui vont du pot de chambre au bon vieux bidon de pétrole. Le couteau n'intervenant qu'à la demande expresse du "Donne-moi ton 4x4, tes lunettes Gucci et ta carte visa, pasque moi y en à vouloir manger et que même si une blanche vaut deux noires: ON CONNAIT LA MUSIIIIIIQUE !"

Bon. Là, bien sûr, faut négocier. Reposer bien sagement ses mains blanches et gantées sur le volant et expliquer en bon françois ce dont il vous amène en leur si beau pays et que vous avez aussi la collection complète de Victor Hugo en 3 volumes et aussi celle de Richard Cléderm...

TAAA GUEEEEEEULLE !!! J'en veux pas de tes clopes et clopinettes venues de la pédale au plancher-marcher dedans ça porte bonheur et "attention dans quoi tu marches !", Le "petit noir à 4 €, çà, c'est à Paris ! Ici, t'es en Afrique et même si tu veux tâter du congel ou de la "famille d'accueil" à la marche de Zoé, t'as fait fausse route ! Kapito ?! Le 'Paris-Dakar' aujourd'hui, il se fait en Argentine (comme il se vend des 'Paris-Brest' dans les banlieues de Shanghaï !).

Bientôt la voiture simplifiée: suffit d'insérer un jeton devant le volant, puis d'appuyer sur la pédale (il y en a qu'une !) pour avancer et enlever le pied pour s'arrêter ! Tourner à fond le volant pour... reculer. Ah ! J'oubliai... derrière vous, il y a une barre verticale (style panthographe newlook) qui frotte en contact un grillage électrifié. Le modèle 2011 s"appelle aussi "l'auto-scooter" et est vendue avec un caoutchouc tout autour.

La dernière Ferrari fait ... 260.000 €. A ce prix, on va pas demander si elle fait 800 litres aux 100 ou si on peut changer les jantes en alu pour des ...

TAAAa gueuuuuulle ! Chez moi la télé (récup' à la décharge) sert de casse-bonbons, tu piges ? Des noix de coco venues du soleil levant ou Peterouchnock on s'les explose !

Bon. Bon. Ok. On va réintégrer la fourchette. Mais sans manche ni dent et lui donner de l'éclat. Du pouvoir d'achat à 1$ par jour... "de l'heure" ?... Heu, c'est pareil, de toutes façons, y a qu'une heure de travail par jour; et le reste de l'année c'est diseeeeette vacaaaaances !

Qu'elles viennent de West Point, de st Cyr-la-bretêche ou de la cuisine à Jupiter, les barbouzes au travail sont incommensurables dans la mesure où leurs actions se doivent d'être en carte blanche à tout à chacun qui en est pourvu, et les rapports selon. Ainsi donc, si elles ne sont (pour l'instant) médiatisées (et là, vous en comprenez le rapport), c'est que leurs besognes peu recommandables dans l'ombre ne doivent êtres portées sous les projecteurs. Ainsi donc, si la survit de la fourchette dépend tout aussi bien de la politique du ventre vide à dessein, il n'en est pas de même pour tout ventre vide - ou qui se trace en projections - d'avoir par 'voies de conséquences' la gueule fermée. Et, comme il n'existe en ce monde qu'une barbouze mais un bon gros tas, leurs facilités comportementales s'heurtent - par aussi 'voies de conséquences' - aux autres 'grands vizirs ou califes' - (de l'autre côté de la planète) qui veulent êtres aussi sur la place de choix au trône chauffé et gaz à tous les étages à la place des rangs susnommés.

Vaste bordel, non ?

Au fait, ça vit combien une barbouze ? Bon, disons, allez, "une barbouze sauvage à col vert" ?...
.

dimanche 3 octobre 2010

WHAT IN THE WORLD ARE THEY SPRAYING ?


WHAT IN THE WORLD ARE THEY SPRAYING ? bande annonce S/T
envoyé par hussardelamort. - L'actualité du moment en vidéo.

La presse Extra-terrestre ou Le partage des couvertures


Comment apprendre à désemployer son temps ? D'abord, licenciement collectif des montres/calendriers et tout agenda-du-jour qui foutent la pagaille et faire tout ça sans préavis. Secundo-deuzio: ajouter aux 'mange-debouts' des matelas confortables et aux 'chie-debouts à côté de la cuvette' des primes de risque de se retrouver au soleil sous les cocotiers (si tenté put-il y en avoir). Observons maintenant l'attitude du pointeur de la souris sur l'écran d'ordinateur. La wi-fi y est pour quelque chose, vous en conviendrez, et, c'est exactement ce qu'il se passe dans ce monde moderne de la recherche du savoir comme de sa destruction-mise en poubelle devant vous. Vous savez nettoyer votre écran comme fermer tel ou tel site ? Vous sauriez en faire de même de tout être ou autre élément dans la géolocalisation. Ainsi, semble être née cette désinvolture de tout ce 'qui vous regarde' comme de tout 'ceux qui vous observent'. Le 'match' est commencé.

D'un côté 'les médias' (cet entre-parenthèses est là pour n'y voir qu'un faux milieu) auquel le 'travail' consiste à rapporter des faits dont ils en ont rien à foutre et en fabriquer des pages loin des faits réels pour faire plaisir au chef. Tandis que de l'autre, l'air étonné et plein de circonspection, le lecteur-peuplard qui connaît ou pas la vérité mais qui s'en ait fait faite une idée bien avant d'ouvrir le journal (vu que le dit journal est à prendre sous toutes réserves) écoute ou lit comme celui qui dans la rue ou au bar du coin s'aventure à parler du temps qu'il fait et de celui de demain qu'il faut attendre. Là, sont les faits évoqués (par je-ne-sais-qui) et dont chacun dans son miasme très local en reçoit l'information. Le décryptage étant un exercice plus souvent mené aujourd'hui par l'Internet où forcent des tout-terrains par leur voix du savoir. Donc, tout se situe dans le domaine de l'emprise par le développement des données (volées ou non).

Ainsi, l'idéogramme ne représente t-il qu'une partie d'un sinogramme. A chacun donc ses distances ou rapprochements d'y adhérer ou pas. Maintenant, qu'en est-il de la sphère quotidienne auquel chacun serait sensé appartenir ? Les 'nouvelles' étant au premier regard des découvertes font vite état d'un historique, ce qui relie les 'nouvelles' au rang précipité du passé. Et, comme, dans le passé: on y est pas, on peut donc tout en dire. Donc aussi, l'échelle construction pyramidale n'est bâtie que sur des faits en majeure fondation d'absentéisme, somme de quoi, il n'en reste que les gros titres. Les titres, aussi gros soient-ils, augurent du domaine de l'informationnel captivant pour un temps le lecteur-écouteur, mais, bien à la fin du journal, bienheureuse(eux) celle ou celui qui en aura appris quelque chose ! Ainsi vous demandant quelles étaient les informations de la veille, vous n'en saurez répondre que des bribes dont vous vous en étonnez même de les avoir retenu ! Donc, ce petit monde de la presse se joue du méthabolisme de chacun pour vendre son papier et d'en détourner ce que vous auriez pu faire si vous ne les aviez pas lu ou écouté !

Donc, si a vous entendre parler, la principale information est voisinante de votre être en vie vous n'en avez que faire de ce qui se passe à un kilomètre. Et, plus encore à des milliers ! (tiens, c'est une idée, et si on parlait des extra-terrestres ?! Personnellement, je suis l'ami de Paméla Anderson, et tac !). Mais, ce qui retient votre attention est en premier chef une habitude de, et de vous faire 'partager' le désarroi de peuplades abandonnées à l'autre bout de la Terre (va t-on demain devoir se cotiser pour les extra-terrestres qui n'ont même pas des disques de Lorie ou de Kat de Luna ?) comme ceux qui sont couverts de gloire et d'argent. Ce 'partage' n'est pas innocent, d'une part, faisant partie d'une société de quelques milliards d'habitants vous vous devez d'en secourir les individus touchés par une infortune du mauvais temps comme celui de la guerre, et, d'autre part, ce 'partage' émotionnel vous donne à rêver quand il s'agit de riches papotant dans des 'soirées mondaines' comme tout autre sous le feu des projecteurs qui s'est acheté la dernière Rolls-Royce ou Masérati et/ou fait construire villa dont raffolent les paparazzi.

Pour la première, c'est une main à la poche ou à votre 'grand coeur' que feront appels 'les médias', quant aux illustres personnages qui font couvertures: c'est du gra-tuit ! Du rêve ! Ce qui prouve bien que peut-être demain vous ferez partie du gratin local a condition bien sûr qu'un oncle d'Amérique vous ait légué sa fortune ou que vous ayez pris un ticket de loto.

Au fait, aujourd'hui, vous avez dépensé combien pour rêver ?